Contenu | Menu | Recherche

Fluctuat, nec mergitur

Kerberos Club (The)

.

Références

  • Gamme : Wild Talents
  • Version : première édition
  • Type d'ouvrage : Supplément de règles et de contexte
  • Editeur : Arc Dream Publishing
  • Langue : anglais
  • Date de publication : septembre 2009
  • EAN/ISBN : 978-098188264-2
  • Support : Papier et Electronique
  • Disponibilité : Paru

Contributeurs

Contenu de l'ouvrage

Matériel

Livre de 336 pages à couverture souple.

Description

Le livre de base de Wild Talents propose une boîte à outils pour créer et mettre en scène des aventures super-héroïques. Cet ouvrage est le second supplément de contexte proposé par l'éditeur après This Favored Land. Il s'appuie donc sur le système ORE et décrit une version alternative du règne de Victoria sur l'Empire Britannique.

Dans ce contexte, "l'Étrangeté" (Strangeness) s'abat sur le monde au début du règne de Victoria (1837) et se répand de plus en plus vite. Si bien qu'à l'aube du XXe siècle, le monde du Kerberos Club n'a plus rien à voir avec le nôtre. Les personnages sont des membres de ce fameux club, en fait une sorte de société secrète obéissant directement à la reine et chargée de réguler autant que possible les manifestations paranormales.

Trois époques de jeu sont décrites, correspondant aux grandes périodes du règne : durant les vingt premières années, les différences avec notre monde sont subtiles et les membres du club agissent dans l'ombre ; au milieu du règne, le public prend progressivement conscience de l'Étrangeté et le club croît en visibilité et en influence ; vers la fin du règne, les progrès occultes et scientifiques se sont emballés et des événements jugés miraculeux une génération plus tôt sont devenus monnaie courante, faisant du Kerberos Club l'une des plus puissantes factions de l'Empire.

L'introduction (12 pages) aborde en détail les différentes facettes du supplément : utilisation, rôle des personnages, aperçu du monde et bibliographie sont ainsi traités. Le contexte est également caractérisé en termes de couleurs, selon le modèle de Wild Talents.

The Kerberos Club (46 pages) présente en détail l'étrange institution, avec son histoire, ses objectifs et son fonctionnement. Plus de détails sont donnés sur son recrutement, son modus operandi, son image publique et ses relations avec d'autres factions (essentiellement des ennemis ou des rivaux). Une visite des locaux du club est également prévue, qui s'achève par la présentation de plusieurs personnages non-joueurs membres ou liés au Kerberos Club.

All things right and proper (47 pages) présente la société Victorienne, peu familière à la majorité des joueurs. C'est en particulier son système rigide de classes sociales qui la caractérise, et c'est donc sous cet angle-là qu'elle est décrite, à travers le quotidien et les aspirations de chaque couche qui la compose.

Plusieurs encadrés et articles viennent ensuite rappeler l'état du monde sur des sujets aussi variés que la technologie, les transports, l'étiquette ou la religion. Enfin, la dernière partie évoque l'Étrangeté et ses déclinaisons, avant de proposer une description de l'équipement des trois périodes de jeu.

Victoria's century (55 pages) propose une chronologie complète des événements, ordinaires ou surnaturels, qui influencent le jeu tout au long du XIXe siècle. Le premier article évoque la période antérieure à 1800, alors que le dernier est daté de 1902. Dans l'intervalle, plusieurs encadrés émaillent le texte en fournissant les données techniques correspondantes.

Throne of empire (37 pages) désigne la ville de Londres, plus grande cité du monde, capitale de l'Empire Britannique et cadre probable de la plupart des aventures des membres du Kerberos Club. En plus des aspects historiques et touristiques, ce chapitre aborde la société, l'organisation et la politique, et décrit les lieux les plus remarquables.

The Great Game (33 pages) est le chapitre le plus technique du supplément, puisqu'il reprend entièrement le système de création et le complète de plusieurs points de règle propres à l'univers du Kerberos Club.

Dramatis Personae (74 pages) décrit l'histoire et les caractéristiques de six personnages pré-tirés, conformes au chapitre précédent. Dans une seconde partie, ce sont les personnages non-joueurs qui sont traités, avec les caractéristiques des membres du club décrits dans le premier chapitre, celles de personnages typiques, ordinaires ou surnaturels, et celles d'adversaires ou d'alliés possibles des joueurs.

Enfin, le supplément se conclut par une aventure intitulée The adventure of the black and white decks (23 pages). A Londres, en 1862, un virus informatique avant l'heure attaque les automates domestiques de la cité, provoquant aléatoirement comportements déplacés et fureur criminelle. Les membres du club doivent donc remonter à la source de l'infection et y mettre fin.

Une note des auteurs et une fiche de personnage vierge clôturent le supplément.

Cette fiche a été rédigée le 24 août 2009.  Dernière mise à jour le 11 septembre 2009.

Critiques

Franz  

Si je vous dit que le Kerberos Club était programmé comme une extension d'une grosse centaine de pages, alors que le produit fini en fait plus de 300, vous aurez déjà une bonne idée de la qualité de ce supplément.

En fait, le travail est si complet qu'il s'agit vraiment d'un jeu à part entière. Il comporte même quelques aménagements des règles de base de WT pour mieux coller au contexte, ce qui signifie qu'avec une Essential Edition à 10€, on a tout pour se lancer dans cette étrange siècle.

Le contexte est donc particulièrement complet et bien décrit : on trouve ainsi la description détaillée du Club lui-même, celle de Londre, celle de la société Victorienne et une solide chronologie s'étendant sur un siècle. Les informations mêlent les données factuelles, à des réflexions plus ludiques sur l'interprétation des personnages victoriens et de leurs valeurs culturelles, ainsi qu'à une extrapolation réfléchie des éléments steampunk du background (par exemple avec les Lupine rangers ou les conséquences pour les vétérans de l'utilisation des cuirasses).

Les possibilités d'aventures sont du coup variées et toujours plausibles, et il y a même un scénario d'initiation classique, mais assez difficile.

La présentation est agréable (peut-être un brin aérée), et les illustration de Todd Shearer sont réussies et donnent à l'ensemble une belle unité. Pour que tout soit parfait, il ne manquerait plus qu'une couverture rigide.

Critique écrite en avril 2010.

Les éditions mentionnées sont celles de la version originale. Vous avez décelé une erreur ou une correction nécessaire, ou encore vous souhaitez compléter la description ? N'hésitez pas à contacter la passerelle !

Mots des auteurs

Aucun mot d'auteur sur cet ouvrage pour le moment.

Critiques

  • Moyenne des critiques