Funny Thing Happened on the Way to the Termination Booth (A)

.

Références

  • Gamme : Paranoïa
  • Sous-gamme : 7e édition - Troubleshooters
  • Version : première édition
  • Type d'ouvrage : Scénario / Campagne
  • Editeur : Mongoose Publishing
  • Langue : anglais
  • Date de publication : mars 2010
  • EAN/ISBN : 978-1-907218-17-0
  • Support : Papier
  • Disponibilité : Paru

Contributeurs

Contenu de l'ouvrage

Matériel

Livret agrafé de 32 pages.

Description

Contrairement à ce que la quatrième de couverture signale, ainsi que le bleu de la couverture, A Funny Thing Happened On The Way To The Termination Booth ("un truc marrant est arrivé sur le chemin de la cabine d'extermination") est un scénario pour Paranoia: Troubleshooters. En effet, il s'agit d'une mission pour clarificateurs d'accréditation rouge .

Il s'agit d'un scénario en trois parties avec une introduction de deux pages.

Dans la première partie, A Long Walk Down A Short Corridor (9 pages), les personnages doivent accompagner un candidat à l'extermination de sa cellule jusqu'au lieu de son exécution, un stade de FunBall. Au vu des niveaux de traîtrise d'accréditation du condamné, Herman-G, son exécution est l'objet d'une cérémonie hyper médiatisée. Les personnages l'accompagnent donc le long d'un couloir d'une trentaine de mètres. Il s'évade.

Ensuite, dans The Six Clone Warning (6 pages), les personnages sont punis pour l'échec précédent et envoyés dans un silo de missiles intercontinentaux abandonné. En fait, cette punition a été organisée par leurs sociétés secrètes. Avant sa disparition, Herman-G avait parlé de la super base secrète de Stan-U, dont il est l'homme de main, située à coté du silo. Les personnages ont donc tous, pour assignation secrète, de semer les autres personnages et de pénétrer dans la base.

Enfin, dans Inside Job (7 pages), les personnages viennent tout juste de comprendre que Stan-U était en train de télécharger son esprit dans l'Ordinateur afin de devenir un dieu au sein du Complexe Alpha. Les personnages reçoivent alors pour mission d'aller lobotomiser Stan-U. La méthode retenue afin de ne pas endommager le complexe Alpha est de les miniaturiser, accompagnés d'une bombe atomique, et de les envoyer la déposer dans le cerveau de Stan-U via ses vaisseaux sanguins.

Le livret se termine sur 6 clarificateurs pré-tirés et une poignée de formulaires en aide de de jeu.

Cette fiche a été rédigée le 4 avril 2010.  Dernière mise à jour le 1 juin 2011.

Critiques

Loris Gianadda  

Ça faiblit, tout ça... Ça faiblit.

Déjà, le coté "on s'est trompé en fait c'est pas du IntSec" ça fait un peu cheap. Ensuite, le scénario lui-même laisse le sentiment d'une idée écrite sur un post-it qui a été étirée en longueur pour faire un scénario complet. L'idée fondamentale étant "les persos vont mettre très longtemps à faire 30m".

Bref, je suis très déçu, et même si le scénario est correct, jouable et les prétirés sympathiques, il me laisse un vilain arrière goût d'inachevé, de faible. 3 est la note correspondant à l'idée de quelque chose de correct malgré tous ses défauts.

 

Critique écrite en avril 2010.

Vermer  

Bon, déjà la production du livre n'est pas bonne : la couverture n'est pas de la bonne couleur (elle devrait être rouge pour la gamme Troubleshooters) et les plans décrits dans le texte ne sont pas dans le livret...

Admettons, voyons maintenant le scénario... Et bien c'est médiocre, sur-développé pour faire du remplissage et bâclé sur la fin. L'idée de base est faible, c'est en gros le thème archi-classique du voyage dans le corps humain par des visiteurs miniaturisés. La structure du scénario est franchement mauvaise avec une histoire entièrement pilotée par des interventions extérieurs aux joueurs, des hasards improbables (vous ouvrez une porte et vous vous trouvez au milieu d'une partie de FunBall) les personnages ne sont souvent que spectateurs de « farces » poussives qui tombent souvent à plat.

L’ambiance générale, surtout dans la deuxième partie, est niaise et l'on retrouve des délires faciles du style de la période PostMegaWhoops (ce qui est le critère de nullité absolue pour Paranoia pour ceux qui ne connaissent pas). Bref, pas grand chose à sauver dans ce scénario selon moi, mais je joue plutôt style Straigtht, si vous êtes plus dans le style zap/délire, cela doit être jouable...

Critique écrite en juin 2011.

Les éditions mentionnées sont celles de la version originale. Vous avez décelé une erreur ou une correction nécessaire, ou encore vous souhaitez compléter la description ? N'hésitez pas à contacter la passerelle !

Mots des auteurs

Aucun mot d'auteur sur cet ouvrage pour le moment.

Critiques

  • Moyenne des critiques