Contenu | Menu | Recherche

Dans le jdr, il y a plus d'égo que de talent

Mad Mechs

.

Références

Contributeurs

Contenu de l'ouvrage

Matériel

Livret agrafé de 64 pages à couverture souple.

Description

Après l'ours (1 page), 3 pages d'introduction et un prologue de 2 pages, le premier chapitre (9 pages) voit les joueurs être sauvés de l’exécution par Elizabeth-R. Ils se voient confier pour mission d'aller retrouver Ozzi-O-ZBN-4 (Ozzy Osbourne) en Australie. En effet, il est probablement la seule personne à pouvoir comprendre la musique diffusée par un vaisseau spatial menaçant le complexe Alpha, et qui est sûrement un langage. Malheureusement, Ozzy s'est enfuit, car en tant que traître il est condamné à mort.

Au chapitre 2 (9 pages), les joueurs arrivent en Australie, y rencontrent les aborigènes et remontent la piste d'Ozzi jusqu’à Sydney. La ville est à moitié détruite. Elle est désormais habitée par des hommes-animaux plutôt belliqueux, les Giant Mutant Radioactive Australian Monsters (chapitre 3, 5 pages). La ville n'est décrite qu'au travers des rencontres des personnages.

Ozzi est retrouvé dans les ruines de l’Opéra (chapitre 4, 5 pages), qui est décrit avec 2 cartes à l'appui,  et doit être kidnappé pour être ramené. Au chapitre final (6 pages), avant de rejoindre le Complexe, les joueurs devront affronter ceux qui donnent leur nom au scénario : des motards en cuirs noirs, le gang des Mad Mechs. Ils cherchent à délivrer leur idole rock : Ozzi-O-ZBN-4. Cette lutte se fait sous la forme d'une course de moto, avec carte, pions et règles comprises dans 11 des 20 pages d'aides de jeux fournies au centre du livret. Ces dernières incluent également des pré-tirés une aide de jeu permettant de créer des GMRAMs (Giant Mutant Radioactive Australian Monsters).

L'ouvrage se termine par 2 pages vierges pour des notes et 2 pages de publicités.

Cette fiche a été rédigée le 22 mai 2011.  Dernière mise à jour le 15 juin 2011.

Critiques

Vermer  

Nous sommes donc en PostMegaWhoops, c'est à dire que ce n'est presque plus Paranoia (voir Crash Course Manual), cela part donc mal pour moi...

Autant le dire directement : Mad Mechs est l'un des compétiteurs majeurs pour le plus mauvais scénario Paranoia jamais édité.

En plus du fiasco habituel du MegaWhoops, on a droit à une histoire débile de note de musique et de martiens, un voyage dans une Australie post-apocalyptique cul-cul (avec hommes-canards, koala ou kangourou), Ozzy Osbourne dans les ruines de l’opéra de Sydney, ses motards... Bref atroce dans l'ambiance et sans originalité au niveau du déroulement de l'histoire.

Un scénario à éviter comme la peste et qui n'a vraiment rien à voir avec l'univers de Paranoia.

Critique écrite en juin 2011.

Les éditions mentionnées sont celles de la version originale. Vous avez décelé une erreur ou une correction nécessaire, ou encore vous souhaitez compléter la description ? N'hésitez pas à contacter la passerelle !

Mots des auteurs

Aucun mot d'auteur sur cet ouvrage pour le moment.

Critiques

  • Moyenne des critiques