Contenu | Menu | Recherche

La vie, le jdr et le reste...

Noir

.

Références

  • Gamme : Noir
  • Version : première édition
  • Type d'ouvrage : Livre de base
  • Editeur : Archon Gaming
  • Langue : anglais
  • Date de publication : janvier 1996
  • EAN/ISBN : 1-889864-00-5
  • Support : Papier
  • Disponibilité : Paru

Contributeurs

Contenu de l'ouvrage

Matériel

Livre de 230 pages à couverture souple.

Description

Ce livre contient le strict nécessaire : comment créer un personnage , le système de jeu, (utiliser les compétences, combat), une fiche de personnage vierge, un descriptif sur l'art du mastering, la description quartier par quartier d'une ville imaginaire, et une liste de PNJ typiques (chauffeur de taxi, homme de mains, barman, etc.) Le tout en insistant beaucoup sur l'atmosphère à développer...

Petite précision : le livre contenant un bon nombre de mots en argot américain d'époque, attendez-vous à relire plusieurs fois un passage avant de tout comprendre...

Cette fiche a été rédigée entre le 8 mai 2000 et le 8 mai 2009.  Dernière mise à jour le 3 décembre 2017.

Critiques

Sébastien Laforet  

Un jeu d'ambiance bien sympathique. Il faut bien comprendre l'américain, mais l'argot donne un ton plus crédible. Le système est simple, pas trop simulationniste (c'est du D6 à la Star Wars), ce qui ne nuit pas du tout à la qualité du jeu. Je pense que le livre est peut-etre un peu lacunaire, le MJ doit faire un gros travail d'ambiance.

Il n'y a pas de scénario inclus ce qui est dommage, mais plusieurs idées d'intrigues sont données.

A acheter pour essayer un style peu courant mais permettant de se dépayser!

elnycko  

Je ne peux pas dire que ce jeu soit excellent car effectivement le MJ doit apporter pas mal de travail pour jouer. Mais le cadre choisi, lui, l'est !

Le système est effectivement assez lâche de telle sorte que ce ne soit pas lui le plus important. Le livre de base n'est certes pas très fourni ni très épais mais il s'emploie à vous plonger dans l'atmosphère du jeu... dans mon cas ce fut un succès, j'en suis un inconditionnel.

Il faut quand même noter que le film noir, n'est pas un style qui se cantonne à des privés ou des enquêtes policières (d'ailleurs films de gansters, polars, films noirs sont des catégories différentes mais proches). L'ambiance Noire est surtout grise, c'est l'ambiance liée aux prises de conscience, aux cas de morale et autre trahisons de principes.

Dommage qu'il n'ait pas si bien marché car il semble que les auteurs avaient prévu du suivi. A noter qu'il existe deux "suppléments" qui sont des recueils de nouvelles. Le tout est désormais difficilement trouvable je crois mais vaut le déplacement.

matreve  

 

"Dis papa, comment qu'on fait un jeu de rôle ? Écoute sale mouflet, c'est très simple ! Tu prends un thème porteur et si possible peu exploité - les années 1950 et les films noirs par exemple. Comme c'est peu exploité, tu peux déjà commencer à te la raconter sur ta démarche novatrice et forcément artistique. Afin de maintenir la pression, tu fais saliver le fandom quelques mois sans oublier de continuer à ramener ta fraise pour annoncer que tu vas livrer la 8e Merveille.

Arrive un jour où il faut bien que tu livres ton bouzin. Tu décapsules donc un jeu avec une maquette moche et pauvre et tu laisses aux sots leurs critiques, car ta démarche artistique sait bien que ce n'est pas l'habit qui fait le moine. Tu ajoutes un système insipide et tu mises tout sur l'univers. Euh quel univers ? Ben les années 1950 et les films noirs, je te l'ai déjà dit non ? Quoi ? Y’a quasiment pas de background dans le livre ? T’écoutes ou quoi ? C'est une démarche ar-tis-ti-que j’t’ai dit ! Aux joueurs de se démerder pour créer le matos et les scénarios. Toi, tu fais un travail ar-tis-ti-que : tu délayes donc à longueur de page avec un ton de poseur sur l'ambiance et le style du thème. Allez, pour ces cons de joueurs, tu peux leur coller des archétypes du genre femme fatale ou vieux privés, avec un peu de chance, ça suffira pour ceux qui ont tiré 0 en imagination de crier au génie de ton jeu. Et puis pour que ta démarche artistique soit complète, en lieu et place de suppléments qui auraient évité de se rendre compte que ton livre de base contenait pas grand chose, tu publies un recueil de nouvelles parfaitement inutiles. Voilà comment on fait un jeu de rôle gamin, tu as compris ? Maintenant tu poses cette bouteille de lait et tu arrêtes de me gonfler."

Postface : Noir est une belle escroquerie intellectuelle qui sous couvert d'un jeu dédié au thème du film Noir ne propose qu'un système de règles que vous pourrez remplacer avantageusement par GURPS et son supplément Atomic Horror (qui bien que non spécialisé films noirs est une excellente source sur les années 1950). Avis aux amateurs, un vrai jeu sur les films Noir reste pour autant que je sache encore à créer.

 

Critique écrite en août 2012.

Les éditions mentionnées sont celles de la version originale. Vous avez décelé une erreur ou une correction nécessaire, ou encore vous souhaitez compléter la description ? N'hésitez pas à contacter la passerelle !

Mots des auteurs

Aucun mot d'auteur sur cet ouvrage pour le moment.

Critiques

  • Moyenne des critiques