Contenu | Menu | Recherche

Peur et Ignorance !

Ninja Burger

.

Références

  • Gamme : Ninja Burger
  • Version : deuxième édition
  • Type d'ouvrage : Livre de base
  • Editeur : Aetheral Forge
  • Langue : anglais
  • Date de publication : mars 2006
  • EAN/ISBN : Pas d'ISBN ou non saisi
  • Support : Papier et Electronique
  • Disponibilité : Paru

Contributeurs

Contenu de l'ouvrage

Matériel

Livre de 116 pages à couverture souple au format standard US, avec 4 pages intérieures en couleurs : une page de photos de San Francisco et trois pages de cartes de la région.

Description

Le système de jeu de Ninja Burger a changé par rapport à la première édition. Pour cette seconde édition, il s'agit du système Prose Descriptive Qualities (PDQ), créé par Atomic Sock Monkey. Après une page résumant les règles, la table des matières et les crédits, le contenu de l'ouvrage se répartit entre sept chapitres.

"Introduction", 8 pages, décrit rapidement les principes de Ninja Burger et propose plusieurs contextes différents pour le jeu, en fonction de leur degré de Violence et de Réalisme, chacun noté -2, 0 ou +2. Ces cinq contextes influent sur les ennemis que les Ninja auront à combattre, si de la magie est présente, si l'action se situe dans le passé, le présent, le futur ou un univers alternatif, etc.

"Character Creation", 12 pages, s'ouvre sur les différents métiers dont peuvent faire partie les membres d'une équipe de Ninja Burger. Le livreur, bien sûr, mais aussi le conducteur, le navigateur, le cuisinier etc. Suivent les règles de création du personnage : nom, qualités, etc. Le personnage a automatiquement la qualité "Ninja" à 0, puis il prend 6 niveaux de qualités et une faiblesse à -2. Par exemple une qualité à +4 et une à +2, les qualités devant recevoir des valeurs paires, et une faiblesse à -2. Le personnage possède aussi un clan, tiré aléatoirement, qui lui conférera un tabou, tiré lui aussi aléatoirement. Le chapitre s'achève sur les règles sur l'honneur, celles sur l'expérience et un exemple de création de personnage.

"PDQ Core Rules", 16 pages, détaille toutes les utilisations possibles du système des Qualités : pour une action, un combat, en action de groupe, si le personnage a une faiblesse relative à l'action, etc. Un exemple de combat d'une page entre deux Ninja dans une franchise couvre plusieurs des cas présentés dans le chapitre.

"The Dispatcher", 20 pages, est le chapitre consacré au Dispatcher, le meneur de Ninja Burger. C'est ici que sont rassemblés à la fois des conseils pour faire partager l'esprit du jeu aux joueurs, concevoir une Livraison, gérer l'honneur des personnages ou la Magie Ninja.

"The City By The Bay", 30 pages, détaille la toute première franchise historique de Ninja Burger, située sous le quartier chinois de San Francisco. Histoire et organisation de la franchise, réaction aux tremblements de terre et quartiers locaux, tout est expliqué sur comment Ninja Burger essaie de maîtriser la restauration rapide de la ville depuis son installation. Chaque quartier est présenté avec sa table des clients aléatoires, pour créer une Livraison sur le pouce.

"Fill Bill" est un scénario de 8 pages où les personnages vont devoir livrer un certain Bill, client légendaire : aucun Ninja n'est jamais revenu vivant d'une livraison pour Bill.

"Appendices", 17 pages, contient une liste de films pour l'inspiration, un petit dictionnaire "anglais-Ninja", un pliage pour faire un shuriken en papier, le menu de Ninja Burger, le formulaire de candidature pour travailler chez Ninja Burger, et quatre Livraisons rapides, décrites chacune sur deux pages.

Enfin, l'ouvrage se termine sur un index et trois pages de publicité pour Atomic Sock Monkey, le jeu de cartes Ninja Burger de Steve Jackson Games et le Honorable Employee Handbook.

Cette fiche a été rédigée entre le 8 mai 2000 et le 8 mai 2009.

Critiques

Loris  

Le jeu gagne en maturité ce qu'il perd en charme "nimportnaouak". C'est en fait la disparition du système SAKE originel au profit du PDQ qui lui confère une part de sérieux, mais gomme un grand nombre de détails rigolos qui existaient, comme les points d'honneurs comptés en doigts.

Mais ne jetons pas le bébé avec l'eau du bain, bien au contraire : le jeu gagne en maturité et en sérieux, cela signifie aussi qu'il devient jouable sur le long terme et avec des scénarios plus développés. Je dois avouer que l'idée d'un MJ qui soit aussi un personnage de l'équipe (il est le Dispatcher, et non plus le Manager), est une excellente idée. Le scénar est sympa, le background enfin vraiment exploitable, puisqu'on a le temps de l'exploiter.

Bon, en gros, c'est devenu un excellent jeu avec un système légèrement décevant car assez peu intéressant. Quoique, faut que je le teste. Disons : a priori. C'est pourquoi je lui colle 4. Je garderai l'ancienne édition pour les petites parties apéro qui mangent pas de pain, et cette édition pour les parties où l'apéro s'étale un peu sur l'après midi...

Les éditions mentionnées sont celles de la version originale. Vous avez décelé une erreur ou une correction nécessaire, ou encore vous souhaitez compléter la description ? N'hésitez pas à contacter la passerelle !

Mots des auteurs

Aucun mot d'auteur sur cet ouvrage pour le moment.

Critiques

  • Moyenne des critiques