Contenu | Menu | Recherche

Ah, the pitter patter of tiny feet in huge combat boots

Los Angeles 2035

.

Références

  • Gamme : Los Angeles 2035
  • Version : première édition, deuxième impression
  • Type d'ouvrage : Livre de base
  • Editeur : 7ème Cercle
  • Langue : français
  • Date de publication : janvier 2001
  • EAN/ISBN : Pas d'ISBN ou non saisi
  • Support : Papier
  • Disponibilité : Paru

Contributeurs

Contenu de l'ouvrage

Matériel

Livre à couverture rigide de 218 pages.

Description

Cette seconde impression du livre corrige le côté "gondolé" de la couverture de la première mouture, et quelques bugs intérieurs.

Le livre de règles de LA 2035 suit un découpage assez classique en 8 parties :

Une brève nouvelle d'introduction (6 p.) destinée à nous mettre dans l'ambiance décrit une opération type des COPS, une intervention dans une fusillade qui tourne assez vite au massacre. On est prévenu ! La nouvelle est complétée par une rapide présentation générale du jeu.

Puis commence la partie décrivant le background (44 p.). Après les conflits anti-mondialisation du début du siècle, le déséquilibre des forces a amené la plupart des puissances militaires à étendre leur territoire, amenant la création de 10 blocs politiques pour le monde entier. Parallèlement, partout dans le monde sont apparus des premiers cas de mutations d'espèce. Internet a été interdit, ayant provoqué le plus gros crash économique de l'histoire, et de manière générale, les conflits se sont cristallisés autour de mouvements d'idéalistes face aux machines à broyer gouvernementales. Par un effet de zoom, les auteurs nous recentrent ensuite sur l'Amérique du nord, puis sur les mutants en 2035 et le COPS. La ville de Los Angeles, entièrement détruite et reconstruite suite à un cataclysme, bénéficie elle aussi d'une description par quartiers.

La troisième partie décrit la création du personnage (26 p.). Elle se fait par un système de répartition de points et de choix, mais si le joueur opte pour une création semi-aléatoire, il dispose de points de bonus pour améliorer son policier. Chaque personnage dispose d'un pouvoir mutant choisi dans une liste de 40.

Puis vient la partie consacrée aux règles du jeu (20 p.). Très simples (D20 + Compétence + Caractéristique, opposé à un seuil de difficulté), elles sont enrichies de nombreuses options, notamment pour les combats (arts martiaux, effet de stress, ...). Tous les aspects traditionnels sont traités (soins, poursuites, combats, expérience...).

Une dernière partie "technique" traite de l'équipement disponible (20 p.), depuis les gadgets bio-analogiques jusqu'aux armes en passant par les véhicules et les soins.

Puis vient toute la partie uniquement destinée au meneur, qui contient tous les éléments de background pour construire les premiers scénarios de LA2035 (40 p.). On y parle notamment des forces criminelles, des "mutants négatifs", de la politique interne du COPS et de quelques autres points annexes, dont les Univers Psychiques Virtuels, qui ont pris forme suite à l'afflux d'énergie psychique dégagée au début du siècle. Ces univers interagissent parfois avec l'univers réel et introduisent une dimension fantastique dans le jeu. Cette section est également complétée par un bestiaire.

La dernière vraie partie contient deux aventures prêtes à jouer (20 p.), pour introduire les personnages dans le monde de LA2035.
Dans le premier, après avoir calmé une petite rixe entre gangs, les personnages sont lâchés à la poursuite d'un ravisseur d'enfants qui fait trop parler de lui.
Le second s'ouvre sur une opération anti-drogue pour finalement obliquer sur la découverte d'une menace terroriste.

Enfin, en clôture du livre, les annexes (15 p.) contiennent quelques listes utiles pour l'ambiance (codes de police, repères médico-légal, ...) et les feuilles de personnages.

Cette fiche a été rédigée entre le 8 mai 2000 et le 8 mai 2009.  Dernière mise à jour le 11 septembre 2011.

Critiques

Mario Heimburger  

Très difficile de donner un avis sur ce jeu après les polémiques qu'il a suscité dans Casus Belli... Honnêtement, s'il avait été publié avec une étiquette moins "pro" et plus modeste, je lui aurai mis la moyenne, ce qui montre que le jeu n'est pas si mauvais que le prétendait le critique lapidaire...

Il y a de nombreuses idées, souvent bonnes, mais laisse, après lecture, un amer goût d'incomplétude, un peu l'impression que les idées ont été jetées en pâtures aux meneurs sans donner les pistes suffisantes pour bien les exploiter.

Les règles du jeu sont classiques, peu enthousiasmantes et pour certaines, assez curieuses. Il en va de même pour les pouvoirs mutants, qui manquent singulièrement d'originalité.

Les inspirations citées sont Ellroy, Wagner, Dick... mais rien de ce qui fait la richesse de leurs univers respectifs ne se retrouve dans le jeu. On aurait aimé une description plus précise des rapports entre les services de polices, les problèmes de corruption, les affaires politiques et sensibles, etc. Au lieu de quoi, on a un "super-service" de flics qui peut quasiment tout se permettre, des organisations mafieuses de tous les pays et de tous types (sans précisions sur leur influence réelle), et de très vagues indications sur les PNJs.

Les scénarios proposés ressemblent forts à ceux d'une série américaine classique, et manquent de relief, de situations de vécu, qui laisseront des souvenirs "humains" aux joueurs...

Je pense sincèrement que le jeu aurait mérité une ou deux années de tests et de développement supplémentaires avant d'être mûr. Alors, il aurait certainement donné un bon jeu, arrivant à la cheville de Berlin XVIII. Pour le moment, c'est malheureusement loin d'être le cas, laissant plutôt l'impression d'un produit bâclé pour des raisons de calendrier, tant sur le plan du background et des règles que sur l'apparence physique du livre.

Twinky  

Bon, ben j'ai acheté LA 2035, et j'ai vraiment pas aimé. Voila pourquoi :

La forme : bon, on a beau dire que l'art c'est subjectif, les illustrations sont hideuses. La mise en page a du être faite avec un vieux 486. Il n'y a qu'à voir la carte pour s'en convaincre. A sa décharge, LA 2035 est assez économique à l'achat. Les textes sont assez inégaux, avec souvent des tournures de phrase lourdes/ampoulaires/maladroites. C'est assez fatiguant à la longue.

Le fond : c'est là que le bât blesse vraiment... les règles sont très indigestes, les pouvoirs mal équilibrés, le background est un fourre-tout monumental (Pouvoirs mutants, flics, pegre, mafia, Yakuzas, ninjas, univers oniriques, géopolitique, et j'en passe...), dont les éléments sont repompés sur les films préférés des auteurs (ExistenZ, X-files, NYPDB, X-men - même s'ils s'en défendent...). Il en résulte un manque d'identité flagrant. Les incohérences s'enchainent : LA a été rasée par un tremblement de terre et reconstruite en 20 ans (!), alors que la région craint de plus en plus. Les investisseurs de 2035 ne sont plus ce qu'ils étaient. Un quartier de luxe a été reconstruit pour le prix de même pas un building... etc. La géopolitique est elle aussi totalement incohérente (les nations se foutent sur la gueule, mais les échanges économiques n'ont jamais été aussi florissants), mais il parait que c'est voulu et qu'un gros secret se cache derrière. Le scénario ne casse pas des briques non plus, mais reconnaissons qu'il y'en a au moins un.

Bref, ce jeu manque réellement d'identité et de cohérence, toujours à mi-chemin entre la caricature, le jeu d'action ou encore le jeu réaliste d'anticipation. Un bon point pour ceux qui y trouveront leur compte : un site régulièrement mis à jour, et qui fourmille d'aides de jeu. Mais les vieux routards se rabattront plutôt sur l'excellent (mais mort) Berlin XVIII, ou attendront de voir la sortie de COPS à la fin de l'année...

Geoffy  

Moi, j'aime bien. Certes il y a un ou 2 points de règles à adapter (comme gérer la difficulté de parade en fonction de la qualité de l'attaque), mais cela reste du calibrage entre la fluidité du jeu et la précision de ses règles.

Les dessins et la mise en page sont très bof, mais le livre n'est pas cher (en plus, ça devrait s'améliorer avec les extensions). A part cela, LA est un jeu "prêt-à-jouer" : le monde est très facile à expliquer et les règles sont relativement simples (comparées à celles de 7th sea, L5R ou DD). Idéal pour des petites parties bien fun de 2 ou 3 scéances d'affilé.

Le problème, à l'heure où j'écris, est le manque de suivi de la gamme (nécessaire pour éclairer certains points de background). Espérons que cela change en effet...

Agent  

Berlin XVIII a une meilleure ambiance mais elle est plus limitée. LA 2035 aurait pu avoir un meilleur potentiel s'il n'avait pas été bâclé. La finition est honteuse. Je suis un fan des couvertures cartonnées, pas des couvertures gondolées ! Ca donne vraiment pas envie de lire.

La mise en page est moyenne, pas pire qu'un produit Siroz, pas de quoi crier au loup. Les illustrations sont particulières, pas moches mais glauques, elles collent bien à l'ambiance. Le background est bourré de clichés, d'un autre côté on y est immédiatement à l'aise. Le système n'est pas pire qu'un autre, il est moyen.

Voilà donc un jeu moyen, au thème intéressant et à la finition loupée. De là à crier au scandale, faut être de mauvaise foi. J'ai vu pire, des grosses m... avec des dessins pixélisés et un texte indigent, et avec une bonne critique dans la presse. Allez comprendre :-)

Ca n'excuse pas pour autant les lacunes réelles de LA 2035. Ca ne doit pas éclipser ses qualités. Voilà un jeu qui rappelle les productions d'il y a dix ou quinze ans. Il n'est pas mauvais, c'est juste un brouillon. Il mérite une nouvelle édition, une forme acceptable et un fond complété.

Jams  

Si l'on pouvait noter en négatif, je l'aurais fait. Sincèrement, une grosse, une énorme déception que ce jeu. Et je ne comprends pas que l'on puisse donner une note supérieure à 1. J'ai suivi le développement de ce jeu à travers le site internet il y a plus de deux ans maintenant et j'en attendais beaucoup, peut-être trop.

Commençons par le commencement :
L'ouvrage en lui-même est déjà bâclé. Ça démarre mal quand on doit ramener un livre au magasin pour l'échanger parce qu'il est tout déformé (il m'a été offert). Sur place, j'ai pu remarquer que la plupart des livres avaient ce même défaut. Passons...
Dessins : nuls. Même ma petite soeur dessine mieux. En ligne sur la mailing liste, les auteurs ont toujours trouvé une parade foireuse a ce problème. Il n'en reste pas moins que les dessins sont nuls (et je suis gentil).
Mise en page : toute aussi nulle. Les textes n'ont parfois ni queue ni tête et quand on voit leur teneur... mais ça j'y reviendrai après.

Et s'il n'y avait que ca... Mais malheureusement ça se complique pour le lecteur... Le monde : une chronologie bateau sans intérêt et peu originale. Quelques aberrations (mais bon soyons gentils il en existe dans tout jeu de rôle... mais là il y en a beaucoup quand même). Un manque cruel d'idées sur l'avancée technologique, la vie de tous les jours pour plonger le joueur dans un monde futuriste (obligé de me créer une liste d'objets qui pourraient exister en 2035 !!!). La description des différents puissances , gouvernements ou gangs, est assez succincte et aurait mérité de plus amples renseignements. Lorsqu'on crée un jeu, il faut à mon sens aller au bout des choses. Là il y a un gros problème d'inachevé. Bref, rien de spectaculaire à ce niveau.

Les dessous de ce monde : ou plutôt les dessous de Palm Beach... moins détaillés. Là pour ainsi dire, il n'y a... rien. Des suppléments doivent nous éclairer à ce sujet... on les attend toujours (et que personne ne vienne me dire d'être plus indulgent parce que c'est un jeu amateur, je leur dirai qu'il n'avait alors qu'à pas le faire...).

Le systeme de jeu : comment peut-on se débrouiller pour plagier un système de jeu (le système D20) et en faire un système brouillon, à des moments incohérent, parfois même incompréhensible (lisez les règles sur les arts martiaux...). On s'est tapé un fou-rire avec un collègue de jeu rien qu'à les lire. Le plus ridicule, c'est que le système D20, même s'il n'est pas mon préféré, est un système qui fonctionne bien... Allez comprendre.

Les super-pouvoirs : là encore on frise le ridicule. Entre plagia type x-men et la banalité de certains pouvoirs, un manque évident de créativité est encore souligné. Pour résumer : A NE PAS ACHETER... même si votre vie en dépend !!!

Sincèrement, ne vous lâchez pas sur un jeu d'un niveau très médiocre, à la durée de vie déjà épuisée (on attend toujours l'écran de jeu, et ce depuis 1 an !!!). Alors pour les suppléments... autant dire que c'est le père Noël qui les amènera... Mais ça n'allez pas le dire sur la mailing liste du jeu, l'un des créateurs m'a répondu de jouer à autre chose si je n'étais pas content... alors depuis, LA2035 me sert de calle bureau et je me régale a Fading Suns !!!

Sauron  

Los Angeles 2035 est un jeu "prêt-à-jouer". On part sur des thèmes connus. Les règles ne sont certes pas terribles-terribles mais le monde est cool et c'est très sympa de jouer des COPS dans ce monde.

Point faible : pas de suppléments et surtout pas d'écran, mais le bouquin de base contient tout ce qu'il faut pour jouer et 2 scénarios.
Point fort : le site officiel avec des nouvelles règles, des scénars et le contact avec les auteurs.

Voilà, j'espère que le jeu va être suivi car il est sympa, pas pour des campagnes au long cours mais pour des one-shoot c'est bien.

Yoolbee  

L.A 2035 est un excellent jeu de rôle. Les illustrations ne sont certainement pas très jolies mais le contenu rattrappe largement ce défaut. Les règles sont très faciles à prendre en main et le livre de base (le seul de la gamme) développe en un seul ouvrage tout les éléments permettant de mettre en place un univers intéressant. Il est certain que les joueurs aimant les intrigues dirigistes et la collection de suppléments sans intérêt seront déçus par rapport à d'autres jeux d'anticipation plus récents. L.A 2035 offre un background génial, facile à utiliser et ouvert qu'un MJ débrouillard pourra sans difficulté enrichir de ses propres créations. L.A 2035 perd donc un D pour les illustrations, mais reste pour moi l'un des jeux de rôle les plus agréables à maitriser existant sur le marché.

Dead JFk  

Déjà, je vais être honnête, je n'ai pas lu le livre jusqu'aux règles, je me suis arrêté à la création des personnages tant l'ensemble m'a déçu. déjà rien qu'a lire le disclaimer ... j'ai esquissé un sourire, comme si on pouvait prendre cette oeuvre au sérieux ! Quand on lit un jeu de rôle on sait tout de même que c'est une fiction, mais de là à faire un disclaimer comme celui d'Over the Edge...

Le background fait penser à un Demolition Man et à Escape From LA mâtiné de Mutant X (ou de X Men). Les personnages en eux même font penser à un mélange de Trinity et de Berlin XVIII. La vie quotidienne telle qu'elle est décrite un inintéressante avec cette culture pour la violence qu'on pouvait voir dans des films comme Rollerball.

Et là ça sent de trop le réchauffé limite insipide donc je me suis arrêté là, et j'ai promené mon regard sur les illustrations : deux sont de bonne qualité page 13 et 87. Le reste est hideux et mal scanné. Et là ou j'ai hurlé de rire, c'est pour les armes : certaines sont complètement improbables et aussi hideuses que le reste du bouquin... Rien ne me donne envie de jouer à LA 2035 et qu'il ne vaut pas du tout les 30 euros qu'il fallait débourser. Une meilleure pagination, de plus jolies illustration et un background plus travaillé aurait peut être fait de ce mauvais jeu, un jeu moyen et un peu plus sympa.

Les éditions mentionnées sont celles de la version originale. Vous avez décelé une erreur ou une correction nécessaire, ou encore vous souhaitez compléter la description ? N'hésitez pas à contacter la passerelle !

Mots des auteurs

Aucun mot d'auteur sur cet ouvrage pour le moment.

Critiques

  • Moyenne des critiques