Contenu | Menu | Recherche

Dans le jdr, il y a plus d'égo que de talent

Orbital Decay

.

Références

  • Gamme : GURPS - Transhuman Space
  • Version : première édition
  • Type d'ouvrage : Scénario / Campagne
  • Editeur : Steve Jackson Games
  • Langue : anglais
  • Date de publication : mars 2002
  • EAN/ISBN : 1-55634-576-3
  • Support : Papier
  • Disponibilité : Paru

Contributeurs

Contenu de l'ouvrage

Matériel

Livret agrafé A5 de 32 pages à couverture souple.

Description

Ce scénario est la première parution à faire suite au livre d'univers Transhuman Space. Il se déroule dans une station orbitale de recherche appartenant au consortium Terrell-Dieskau.

Cet ouvrage n'est pas sans évoquer un scénario d'All Flesh Must Be Eaten. Les personnages sont engagés par Terrell-Dieskau en tant que freelancers pour aller enquêter sur leur station orbitale Vandegrift, qui ne répond plus.

Cette station n'est pas, contrairement à la version officielle, une station de recherche en produits cosmétiques, mais un laboratoire de recherche sur les armes biologiques et bactériologiques. Suite à une erreur de manipulation, plusieurs nanovirus particulièrement virulents et parfois mal conçus ont infecté l'équipage, les transformant en zombies survitaminés à tendances violentes.

Comble du bonheur, la navette qui les a amenés à bord de la station sera sabordée par le pilote suite à une contamination de son appareil, entraînant la dégradation de l'orbite de la station (d'où le titre du scénario). Il reste donc peu de temps aux PJ pour agir et trouver une solution. Ajoutons à cela un environnement high-tech mais fortement dégradé, les risques liés à l'espace, une trahison bien sentie et le débarquement de terroristes mal inspirés.

Le scénario est particulièrement risqué avec une fin ouverte mais il ne laisse pas beaucoup de chances de survie aux personnages. La dernière page et la troisième de couverture contiennent des cartes de la station.

Cette fiche a été rédigée entre le 8 mai 2000 et le 8 mai 2009.  Dernière mise à jour le 22 mars 2010.

Critiques

Coredump  

Beuh... Qu'est-ce que c'est que ça ? Le premier scénario pour rentrer dans l'univers de Transhuman Space ? Teuh !!!

En fait, ce scénario est complètement "vanilla", c'est à dire que vous pourrez le faire coller au jeu de votre choix, ça n'y changera rien : Transhuman Space, Cyberpunk, All Flesh Must Be Eaten, Shadowrun, Blue Planet, etc. Il n'y a rien dans ce scénario qui soit particulier à l'univers de Transhuman Space et c'est bien dommage.

Quant aux plans, ils sont à la limite de l'imbitable. J'ai été assez déçu par ce scénario. Il n'est pas mauvais en soi, l'intrigue est relativement classique avec un ou deux rebondissements intéressants, mais ce n'est pas ce que j'attendais pour faire découvrir l'univers très riche de Transhuman Space.

Stephane 'Docteur Fox' Renard  

Cette aventure exploite le filon que j'appellerais 'zombie de l'espace' et a du potentiel pour bien faire flipper les joueurs si ceux-ci n'en démontent pas toutes les ficelles dès le départ. En effet l'introduction est vraiment classique et nul doute que des joueurs expérimentés verront droit à travers les fils cousus de blanc de l'intrigue et j'en connais (les miens) qui feront tout pour que les deux événements qui déclenchent le huis-clos ne se produisent pas.

De THS ce scénario exploite la veine biotech ainsi qu'au moins un des éléments politiques. C'est donc un scénario d'introduction décent pour cet univers riche et déroutant (l'univers, pas le scénar) qui permet donc de l'aborder en douceur (du moins du point de vue politique, parce que du point de vue action, ça ne risque pas d'être doux).

Enfin je dirais que ce scénario, comme beaucoup, sera ce que le maître de jeu en fera : il y a moyen, en préparant bien certaines scènes et certaines descriptions, de bien faire flipper les joueurs. Les descriptions sont assez ouvertes et les éléments devant intervenir sont décrits seulement dans les grandes lignes, seul un MJ doté d¿un bon potentiel d'impro appréciera ce scénario.

Pour finir, j'ajouterai que pour une fois les illustrations de Christopher Shy me semblent bien à propos. Elles donnent une idée bien glauque de ce que les joueurs vont rencontrer.

The King  

Ce scénario contient de bonnes idées plombées par une complexification inutile des éléments. Est-il vraiment nécessaire de contaminer le personnel par 3 virus pathogènes qui regroupent l’aspect du zombie moderne ? De plus, le coup des terroristes qui se pointent dans la dernière scène fait un peu télécommandé.

Pourtant, l’ambiance initiale est très proche de Resident Evil 1 (le film), avec une société sans éthique ni morale, du suspense, un compte à rebours avant le point de non-retour et des zombies qui peuvent enfin contaminer leur victimes. Jusqu’alors les zombies étaient de simples mort-vivants de type vaudou aux antipodes des films, c'est-à-dire de la vulgaire chair à canon pour aventuriers. Ici, une simple morsure, voire une contamination par la respiration, met en danger les personnages. Il ne s’agit plus de faire du tir au pigeon sur des monstres, mais de risquer sa peau à chaque seconde dans des coursives peu éclairées.

Je reproche aussi l’aspect très « free form ». La station est bien détaillée, mais ce que peuvent faire les joueurs ne l’est pas énormément. Un MJ débutant aura donc sans doute quelques difficultés à jouer cette aventure telle quelle.

Critique écrite en février 2014.

Les éditions mentionnées sont celles de la version originale. Vous avez décelé une erreur ou une correction nécessaire, ou encore vous souhaitez compléter la description ? N'hésitez pas à contacter la passerelle !

Mots des auteurs

Aucun mot d'auteur sur cet ouvrage pour le moment.

Critiques

  • Moyenne des critiques