Contenu | Menu | Recherche

We enforce plausible deniability

Night City

.

Références

  • Gamme : Cyberpunk
  • Sous-gamme : Cyberpunk 2020
  • Version : première édition
  • Type d'ouvrage : Supplément de contexte
  • Editeur : Oriflam
  • Langue : français
  • Date de publication : janvier 1992
  • EAN/ISBN : 2-906897-29-9
  • Support : Papier
  • Disponibilité : Paru

Contributeurs

Contenu de l'ouvrage

Matériel

Livre de 176 pages à couverture souple accompagné d'une carte en couleurs de 85 x 55 cm.

Description

Bienvenue à Night City, la toute nouvelle mégalopole du XXIème siècle fondée en 1994 (à l'époque c'était de la science-fiction). Située en Californie du nord à proximité de la baie de Monterey, cette ville a été conçue pour servir de cadre au jeu, et ce supplément s'attache précisément à décrire la ville dans tous ses aspects. Ce dernier est présenté comme des informations issues d'un data-term. En commençant par une version en double page noir et blanc de la carte grand format du centre ville, le supplément débute sur des généralités : histoire, habitants, météo, services d'aide téléphoniques, moyens de transport, hôpitaux et santé, services de police, services privés (alcool, crèches, banques, etc.), médias (radio, TV).

Toute une série de cartes (Californie, Night City, aéroport, ferries, bus, train à lévitation magnétique) agrémentées de multitudes de petits détails (horaires de bus, de train, etc.) précède une série d'autres cartes : celles du centre ville. Il existe une carte pour les emplacements culturels, les hôtels, les night-clubs, etc. : huit au total. Elles indiquent les endroits importants ou d'intérêt dans la ville et renvoient vers des numéros de pages correspondants.

Une section présente ce à quoi ressemblent les Etats-Unis en 2020, et ce n'est pas joyeux : pluies acides, bombardement orbital, catastrophes diverses... On parle ensuite de l'histoire de Night City, puis des gens qui y vivent et des catégories sociales que l'on peut y côtoyer. Les différentes institutions de sécurité privées et publiques sont présentées selon le niveau de danger qu'elles peuvent gérer, l'équipement à leur disposition et le nombre de leurs agents. De l'autre côté, les gangs ne sont pas omis non plus puisqu'une carte résume la disposition des territoires dans le centre ville, et une section passe en revue tous les principaux gangs : Black Queens, Wild Things, Brainiacs, Slaughterhouse, Back Alley Brawlers, D.J.'s, Maelstrom, Silver Slash, Philarmonic Vampyre, Julliard, Sacred Blades, Bozos et Voodoo Boys se partagent la scène.

Le gros de l'ouvrage consiste en la description des 19 zones urbaines du centre ville (115 pages environ). Pour chacune, une carte précise du quartier est proposée et dans celui-ci, les lieux d'intérêts sont passés au crible immeuble par immeuble. Des personnalités sont présentées, ainsi que des infos sur la zone en question, d'éventuels plans de locaux, de magasins, des tables de rencontres aléatoires, et des contacts potentiels pour les joueurs.

La fin du livre traite de la zone de combat et des moyens d'y créer des quartiers aléatoirement. Des cartes vierges sont fournies, pour que les MJ puissent y glisser leurs propres blocs, et leurs propres bars glauques. Pour terminer, la conurbation autour de Night City est rapidement décrite district par district, avant de conclure sur des informations hétéroclites telles que les codes téléphoniques par zone, la carte du net, et des moyens de générer des flashes d'info aléatoires.

Cette fiche a été rédigée entre le 8 mai 2000 et le 8 mai 2009.  Dernière mise à jour le 25 décembre 2012.

Critiques

Cédric Ferrand  

Night City est à mon sens l'écrin qui met en valeur le bijou qu'est Cyberpunk quand le MJ est inspiré par autre chose qu'une liste d'armes et le tout dernier modèle de fullborg à la mode chez les joueurs en mal de virilité.

Les rues de NC sont remplies de racailles, de parasites, de sans-destins et de gens sans droit. Ses ruelles sont pareilles aux veines du junkie qui y traîne car ils sont intimement liés. Cette jungle urbaine est sans doute un avant-goût de l'enfer mais elle est magnifique de noirceur. Le Cyberpunk, c'est la désolation citadine, le darwinisme social et l'horreur du quotidien.

Et en cela, Night City est l'endroit le plus adapté pour mettre en scène ce genre d'ambiance. Sa description est loin d'être exhaustive mais elle n'attend que vos idées pour se compléter et votre vision personnelle pour devenir vôtre et vous fournir un cadre de campagne pour les 10 ans à venir.

"Ah bah oui mais moi, j'aime pas ça quand l'ambiance est noire c'est noir, il n'y a plus d'espoir, ohoh !" revendiquera le crétin en bout de table qui a adoré "Un justicier dans la ville" avec Charles Bronson. C'est pas grave : en même temps que vous achèterez votre supplément Night City, vous lui prendrez un booster pour Magiiiic, dès lors il sera comme un chien avec son os à ronger et ne vous empêchera plus de distiller vos obsédantes atmosphères emplies d'ombre et d'obscurité telles les mélopées lancinantes de Portishead ou de Massive Attack.

Pourquoi pas 5 alors ? Parce que le livre est vendu avec une carte de la ville qui a oublié de passer par la case 'esthétique' et qui fout tout en l'air. Si vous faites partie des MJs qui ont eu l'audace de l'afficher ou de la montrer à vos joueurs, je vous interdis de lire mes critiques.

Le Borg Cornu  

La bible de tout MJ à Cyberpunk. Une mine d'infos sur la ville (population, historique, quartiers, etc.), on y trouve vraiment tout et la présentation est de bonne qualité. Des dizaines d'embryons d'aventures sont disponibles au fil des pages et ce supplément stimule tellement la créativité qu'il suffit de l'ouvrir, de réunir quelques joueurs, et c'est parti pour des heures d'impro.

Indispensable de chez indispensable.

Les éditions mentionnées sont celles de la version originale. Vous avez décelé une erreur ou une correction nécessaire, ou encore vous souhaitez compléter la description ? N'hésitez pas à contacter la passerelle !

Mots des auteurs

Aucun mot d'auteur sur cet ouvrage pour le moment.

Critiques

  • Moyenne des critiques

Autres versions

  • Ouvrage original :