Autumn People (The)

.

Références

Contributeurs

Contenu de l'ouvrage

Matériel

livret à couverture souple de 96 pages en couleurs

Description

Ce supplément pour Changelin a été publié dans la gamme thématique de l’Année du Chasseur (Year of the Hunter) et se consacre naturellement aux ennemis des Changelins. Les Enfants de l'Automne sont les adversaires les plus immédiats des Changelins, des créatures qui ont tellement succombé à la Banalité que leur seule présence met en péril la nature féerique des Changelins. Les pire sont les Dauntains, des Changelins convertis à la Banalité et pouvant utiliser contre les autres congénères de leur race non seulement leurs pouvoirs d’origine mais aussi des pouvoirs spécifiques (les Agendas).

Après une page de couverture intérieure, les crédits sur une autre page et une page de sommaire, le supplément débute par une nouvelle d'introduction (Butterfly, 6 pages). Celle-ci raconte la destruction particulièrement tragique d'une vie féérique. Le supplément se poursuit avec une Introduction (6 pages) présentant brièvement les différents types des Enfants de l’Automne : les Innocents, chargés de Banalité mais inconscients des êtres surnaturels, et les Cognoscenti, qui connaissent l’existence des Changelins et tentent d’éradiquer l’imaginaire. Le supplément est ensuite divisé en 6 chapitres et une annexe.

Le chapitre un (Watching at the Window, 8 pages) décrit sous la forme d’un témoignage narré les principales étapes de la vie dans lesquelles la Banalité peut triompher d’un Changelin. Le chapitre deux (The Chill of Winter, 12 pages) introduit les principaux pouvoirs de la Banalité, la notion même de chimère banale (avec deux exemples) et donne l’exemple d’une épée empreinte de pouvoirs de banalité.

Le chapitre trois (Gathering Leaves, 12 pages) entre davantage dans le détail des Innocents, en distinguant à la fois les Humains qui refusent tout imaginaire et les Fées de l’Automne, issues des Changelins mais inconscientes de leur nature et de leurs pouvoirs. Afin d’illustrer le propos, le chapitre se termine avec la présentation de 5 archétypes d’êtres submergés par la Banalité. Comme il s’agit d’humains, ces archétypes sont proposés sans caractéristiques mais avec le commentaire d’un Changelin sur chacun.

Le chapitre suivant (The Dauntain, 20 pages) s’attarde pour sa part sur les Dauntains, les Changelins ayant embrassé délibérément la Banalité. Il s’agit soit d’un acte volontaire à la recherche d’un pouvoir supplémentaire,  d’un acte désespéré pour retrouver l’Arcadie par exemple, ou d’une Chrysalis mal contrôlée ayant mené la créature aux bords de la folie. Comme pour le chapitre précédent, les Dauntains sont ensuite présentés sous la forme de 6 archétypes ou sous-groupes : The Lost (qui refusent d’assumer leur nature de Changelin), The Cursed (qui ont succombé à la Banalité afin de se venger d’autres Changelins), les Black Magicians (qui explorent les pouvoirs spécifiques de la Banalité), les Nihilists (qui refusent de livrer le combat pour entretenir le Glamour et sauver le Songe), les Apostates (qui voient dans la Banalité le mal nécessaire pour retrouver l’Arcadie), et les Typhoids (devenus Dauntain sous l’influence d’autres Enfants de l’Automne ou de Prodigals). Le chapitre se termine avec quelques considérations sur la nature des Dauntains et leur rapport avec le Glamour et la Banalité.

Le chapitre 5 (Storytelling, 10 pages) conseille le Conteur pour construire des chroniques impliquant les peuples de l'Automne. Le chapitre 6 (The Power of Autumn, 6 pages) détaille les règles et pouvoirs spécifiques des Dauntains. Contrairement aux Cantrips, les Agendas n’ont pas besoin de Glamour pour être alimentés. Ils incluent le Burnout qui permet de manipuler les émotions vers des intérêts banals ou répétitifs et Stultify qui transforme les cibles en bureaucrates maniaques. Le dernier Agenda, Webcraft, a été oublié et se retrouve en erratum dans le Player's Guide : il provoque un profond ennui.

Le supplément se termine sur un Appendix (Infamous Dauntain and Others, 13 pages) qui fournit 7 créatures caractéristiques des Enfants de l’Automne. Point à noter : le dernier personnage présenté n’est par exemple pas un Changelin.

Cette fiche a été rédigée entre le 8 mai 2000 et le 8 mai 2009.  Dernière mise à jour le 30 août 2019.

Critiques

Stephane 'Docteur Fox' Renard  

Sujet difficile à traiter que les serviteurs de la banalité. Périlleux parce que cela risque d'être triste comme la nouvelle d'intro.

Mais les auteurs s'en sortent bien parce qu'ils nous donnent toutes sortes d'idées fort originales (paradoxal quand on traite de la banalité) et les pouvoirs ou effets des gens de l'automne sont si variés qu'on peut faire des campagnes pendant des mois sans jamais utiliser le même.

A noter, et c'est remarquable, que les dauntains affrontent rarement les changelins de façon directe mais plutôt par des moyens détournés qui encouragent à l'enquête et au role-playing plutôt qu'à la baston.

Le livre est quand même marqué par la première époque de Changelin où la lutte contre la banalité était désespérée. Maintenant, on assiste plutôt à la résurgence (voir Denizens ou Kithbook : redcaps) de formes de Glamour nouvelles et quelque peu cauchemardesques qui sont comme une réponse à la banalité et permettent des campagnes plus variées.

BetterDayz  

The Autumn People est AMHA un des premiers suppléments à acheter pour Changeling. La banalité reste le principal ennemi des Kithains quelque soit les créatures cauchemardesques vomies par le Songe dans les récentes extension. C'est la clef de voute de Changeling: un monde où les personnages ne peuvent prouver -pas même à leur propre esprit- qu'il ne sont pas en train de vivre une grande hallucination collective.

Les thèmes du désespoir, de l'oubli et surtout de la folie qui conduit à devenir Dauntain ne devraient jamais quitter l'esprit d'un MJ traitant d'âmes humaines et féériques cohabitant dans un seul corps...

soner du  

Un bon supplément pour Changeling, qui présente les principaux ennemis, du moins dans la première édition : les forces de la Banalité. Il distingue trois sortes d'Autumn People : les Dormeurs (humains à forte Banalité), les Fées d'Automnes (Changelings "avortés") et les Dauntains (Changelings "traîtres").

Le livre est agréable, les archétypes de Dormeurs et de Dauntains sont amusants à lire et intéressants. A noter que ce sont juste des conseils, il n'y a pas de pouvoirs ou de règles spécifiques suivant le "clan" du personnage. La quantité de nouveaux pouvoirs accessibles aux Dauntains et Fées d'Automne (3 pouvoirs nommés "Agenda") reste raisonnable, bien qu'il s'agisse de Disciplines à la Vampire, pas vraiment compatibles avec le système des Arts de Changelin.

Signalons l'excellence des ilustrations : Mark Jackson est au sommet de son art avec des évocations mélancoliques et pleines de poésie, et Heather McKinney fait des choses assez étonnantes en couleurs.

Un regret : l'absence d'hommage à Ray Bradbury, qui est quand même l'inventeur de l'expression "Gens d'automne" (utilisée dans "La Foire des Ténèbres" ou encore "Le¿Pays d'Octobre"). Egalement, les erreurs d'impressions sont vraiment trop nombreuses, la possession du Player's Guide est indispensable notamment pour trouver les explications du pouvoir "Webcraft", sans doute le pouvoir le plus propice au crossover car il agit sur les forces du "Weaver". Il manque également plusieurs paragraphes explicatifs sur les hauts niveaux de Banalité. Les quatre pages d'errata (y compris Webcraft) sont disponibles sur le site de White Wolf. Et également : un des PNJ proposés, le Goth rebelle, possède un pouvoir (Cursing) dont l'explication se trouve dans la supplément Wraith "Quick and the Dead" ... dire que White Wolf déconseille le crossover...

D'où ma note est de 3 au lieu de 4.Je n'aurais pas mis 5 non plus car ce livre pêche un peu par sa propension à vouloir rajouter des couches de nouveautés sur un univers déjà touffu (cette "accumulation" est le problème principal de la gamme Changeling, à mon sens). Ce livre est intéressant, mais pas bouleversant, à part les magnifiques illustrations.

matreve  

Autumn People est un supplément sérieux et sans surprise. Cet ouvrage qui traite de la Banalité dans Changelin sert si bien son propos qu’il est construit de façon extrêmement banale par White Wolf.

Le supplément aborde les différents êtres issus de la Banalité. Les humains et les Fées d’Automne rattrapés par le Système ™ (le ™ pour rendre à Nicolas Anelka ce qui est à Nicolas Anelka), qui sacrifient leurs rêves d’enfance à une existence adulte monotone : c’est caricatural, complètement dans le ton (parfois naïf et manichéen) de Changelin, en un mot très convenu. Et ceux qui sont constitués de l’essence même de la Banalité : les Dauntains. Même constat : adversaires un peu bateau des Changelins, on prend peur quand on les découvre sous-divisés en clans avec les stéréotypes de ce que chaque groupe pense des autres !…

Et puis, on doit admettre à la fin que le tout n’est finalement pas si mal ficelé. Poussés au-delà de leurs rôles de némésis immédiates des Changelins, le Peuple de l’Automne peut faire des adversaires déroutant : Humain ou Fée d’Automne qui irradie malgré lui de Banalité, Dauntain qui s’est perdu dans la Banalité en recherchant l’Arcadie par exemple. On se surprend à regarder alors ce supplément avec un œil plus bienveillant : c’est varié, agréablement présenté et les auteurs m’auront arraché plus qu’un sourire à la page 41 en reprenant un extrait (fictif) du célèbre jdr de l’éditeur Black Dog Game Factory Human: The Protagonist, écrit par le non moins célèbre auteur de jeu de rôle Günter Häägen•Däazs (sans omettre donc le point).

Pourtant, le supplément n'est pas un sans-faute. Il est en effet pour moi incomplet. Je ne parle pas de l’erreur de maquette qui aura fait zapper 4 pages. Mais, qu’encore une fois, White Wolf surfe gentiment sur les cross-overs sans vouloir se mouiller. S’il est bien fait mention des Vampires et de leur danger en tant que créatures porteuses de Banalité, il n’y a pas un mot sur les Mages de la Technocratie qui dans le cadre du Monde des Ténèbres incarnent pour le coup le Système ™. Voilà des adversaires d’un autre acabit que Mme Michu ou le Dauntain de passage, qu’il est surprenant et décevant que cet ouvrage n’aborde d’aucune manière.

Ce supplément contient donc pas mal de choses qu’un Conteur pourra improviser par lui-même. Par ailleurs, utilisés au premier degré, les Dauntains apportent peu pour élaborer une intrigue digne de Changelin. Un supplément donc pas indispensable et qu’il faudra creuser pour vraiment l’exploiter.

Critique écrite en novembre 2014.

Les éditions mentionnées sont celles de la version originale. Vous avez décelé une erreur ou une correction nécessaire, ou encore vous souhaitez compléter la description ? N'hésitez pas à contacter la passerelle !

Mots des auteurs

Aucun mot d'auteur sur cet ouvrage pour le moment.

Critiques

  • Moyenne des critiques