Contenu | Menu | Recherche

Anything that provides an alternative to popular commercial mass media can't be all that bad (Hewitt)

Buffy the Vampire Slayer

.

Références

  • Gamme : Buffy the Vampire Slayer
  • Version : première édition
  • Type d'ouvrage : Livre de base
  • Editeur : Eden Studios
  • Langue : anglais
  • Date de publication : août 2002
  • EAN/ISBN : 1-891153-88-9
  • Support : Papier
  • Disponibilité : Paru

Contributeurs

Contenu de l'ouvrage

Matériel

Livre en couleurs à couverture rigide de 256 pages.

Description

Cet ouvrage est le livre de base de la gamme Buffy the Vampire Slayer d'Eden Studio. On notera que les illustrations sont quasi-exclusivement des photos tirées de la série et que chaque paragraphe débute par quelques répliques d'ambiance tirées des cinq premières saisons. Les auteurs ont également cherché à restituer dans le texte des règles le ton léger des dialogues de la série.

Chapitre premier - It's the Slayer's world, we just play here
Ce chapitre introductif est consacré à la définition des concepts de base du jeu de rôle, mais également à la présentation succincte du monde dans lequel la série se déroule : le Buffyvers, un monde où les forces mystiques sont bien plus que des légendes. Ce chapitre contient également un résumé très complet de l'action ayant eu lieu au cours des cinq premières saisons de la série.

Chapitre deux - Some assembly required
Cette section est entièrement dédiée à la création de personnage. Il débute par des conseils sur la constitution du groupe de joueurs, donne des pistes sur la possibilité d'avoir plusieurs Tueuses (comme dans la série), etc. Le système utilisé est l'Unisystem d'Eden Studio, un système générique. Les joueurs ont à leur disposition des points qu'ils peuvent dépenser pour acheter leurs scores dans différentes catégories (attributs, avantages, défauts, compétences). Les attributs, quantifiés de un à sept, sont : force, dextérité, constitution, intelligence, perception et volonté. Le capital de points disponible pour chaque catégorie dépend du type de personnage (héros expérimenté, héros, monsieur tout-le-monde) choisi par le joueur. Une liste complète des défauts et avantages est fournie. Ce sont ces avantages qui permettent de faire d'un personnage un vampire, un sorcier ou... une Tueuse. Un descriptif des compétences disponibles et de leur utilisation est également présent. Les compétences sont assez peu nombreuses et très généralistes (Kung-fu, conduite, acrobatie, etc.). Douze archétypes prêts à jouer ainsi que les fiches de personnage de la distribution d'origine de la série (Buffy, Cordelia, Angel, etc.) finissent le chapitre.

Chapitre trois - Rules, borders and an end zone
Le système de résolution est basé sur un jet de D10 + attribut + compétence qui permet de connaître directement son niveau de réussite grâce à une table unique reproduite sur les feuilles de personnage. Les tâches les plus difficiles réclamant plus de niveaux de réussite. Les combats endiablés de la série sont restitués par un système de coups spéciaux. Ces coups sont décrits en détails et possèdent des difficultés, dégâts et effets différents. Chaque personnage est invité à utiliser ses coups préférés le plus souvent possible, et à les noter sur sa feuille de personnage. Les joueurs ont aussi à leur disposition des points d'héroïsme qui leur offrent la possibilité d'améliorer leurs jets de dés, de diviser par deux les dégâts d'une attaque, de forcer le maître à introduire un retournement de situation en faveur des joueurs, à faire une attaque berserk ou à simplement revenir d'entre les morts (en fin d'épisode ou lors d'une prochaine saison). On notera que les règles d'expérience encouragent les joueurs à faire des réparties spirituelles, comme dans la série.

Chapitre quatre - Playing with primal forces
La magie est une partie importante du Buffyvers et ce chapitre y est consacré. A l'image de ce que l'on peut voir dans la série, la magie est plutôt orientée vers les rituels que vers les effets instantanés. Toutes les règles pour pratiquer la sorcellerie sont présentes, mais seuls six sorts sont décrits. En revanche, l'apprenti sorcier trouvera des conseils pour créer ses propres sorts.

Chapitre cinq - Sunnydale after dark
Sunnydale, la bouche de l'enfer, est le décor principal de la série. Cette petite ville du sud de la Californie est décrite en détails, avec ses lieux pittoresques (le Bronze, le lycée, ses cimetières, ses égouts) et ses habitants humains (Joyce Summers, Harmony, le proviseur Snyder).

Chapitre six - Creatures of the night
Que serait Sunnydale sans sa faune démoniaque ? Une petite ville sans histoire. Heureusement pour les joueurs, Sunnydale regorge de créatures surnaturelles. Cette section décrit les moeurs des vampires, des démons, des loups-garous, des zombies et même des robots ! Tous les détails sont là : descriptif complet, pouvoirs, mode de vie, etc. Les grands méchants ne sont pas oubliés et voient leurs caractéristiques et leur background dévoilés. Drusilla, Angelus, le Maire et même Glorificus sont de la partie.

Chapitre sept - Episodes, seasons and drama
Ce chapitre explique comment créer et gérer une campagne de Buffy. Quel genre de groupe constituer ? Comment bâtir une intrigue ? Comment créer et incarner un PNJ ? Comment structurer sa campagne en épisodes et saisons ? Autant de questions que les maîtres peuvent se poser s'ils souhaitent restituer l'atmosphère de Buffy et auxquelles ils auront des réponses dans ces pages.

Chapitre huit - Sweeps week
Réservée au maître, ce dernier chapitre contient un scénario destiné à être le pilote d'une campagne. Il est parsemé de nombreux encadrés donnant des conseils d'interprétation aux maîtres débutants.

Annexes
Les annexes comprennent un précis de jargon du Buffyvers qui permettra aux joueurs de capter l'esprit des répliques de la série. L'auteur fournit là aux joueurs toute une série de conseils (utiliser des références cinématographiques, exagérer, etc.) qui reprennent les tics de langage de la série. On trouvera également des notes sur l'Unisystem, des tableaux d'aides de jeu, un glossaire et un index.

Cette fiche a été rédigée entre le 8 mai 2000 et le 8 mai 2009.  Dernière mise à jour le 25 août 2013.

Critiques

Simon Vallée  

C'est potentiellement la meilleure adaptation d'une oeuvre quelconque en jeu de rôle. Le système est bien adapté, simple et le livre est bien écrit.

Apparences
Complètement en couleur, sur papier glacé, avec surtout des images de la série, mais des images originales pour les archétypes et pour les créatures du scénario inclus. La couverture est rigide et le livre lui-même est robuste. Le design est bien fait, rappellant le nouveau jeu de rôle du seigneur des anneaux.

Organisation:
Le livre est bien organisé, les chapitres ont des divisions logiques, pas besoin d'aller chercher 20 pages plus loin l'information nécessaire à la compréhension d'un passage. Les éléments importants sont mis en tableau au bon endroit, et repris en fin du livre. La table de succès est incluse sur la feuille de personnage. L'écriture est claire et compréhensible, et les auteurs ont tenté de copier les auteurs de la série dans leur prose pour avoir un peu d'humour. Succès mitigé. Par exemple, chaque fois qu'ils font un exemple, ils changent la formule des premiers mots, de "for example", ils vont à "Ultime example" en passant par "par exemple".

Background:
Le background est connu de tous, et il est repris dans le livre de manière intelligente et utile. Il résume les saisons, de la première à la cinquième, mentionnant les métaphores et faisant découvrir au nouveau venu qu'il y a plus à l'écran que belles filles et combats. Ils parsèment aussi le texte de beaucoup de citations des épisodes, des citations souvent au point et non déplacées. Ils expliquent aussi ce qui fait de Buffy Buffy et donnent des suggestions sur comment bien jouer des parties en ne rompant pas avec l'atmosphère de la série, des trucs pour faire revenir les "Big Bads" et un guide sur comment parler comme les personnages dans l'émission. Les personnages principaux de la série sont bien convertis en termes de jeu, des passages par la suite décrivent l'évolution de leurs caractéristiques au cours de la série. Les personnages récurrents et les monstres génériques sont présentés aussi, mais dans des termes plus courts. En fait, tu peux n'avoir jamais vu un seul épisode et tu aurais une bonne idée de l'émission juste en lisant ce livre.

Système de jeu:
Le système de jeu de Buffy est le même que celui de WitchCraft (SorCellerie) et All Flesh Must be Eaten, sauf que simplifié. A défaut d'être original, il a l'avantage d'être simple, facile à comprendre et facile à utiliser, ce qui est encore mieux que l'originalité. La base: d10+Attribute+Skill doit battre ou égaler 9, avec des niveaux de succès (donnés selon un simple tableau résultat/succès ou 1 niveau par 2 points de 9 à 16 puis 1 niveau additionnel par 3 points). Il y a aussi les Attribute test, facile (d10+Attribute x 2) ou difficile (d10+attribute), qui suit la même logique que le jet normal. Les jets d'opposition sont aussi simples que de comparer le résultat de l'un à celui de l'autre. Les personnages sont définis par 6 Attributes de 1 à 6 (pour un humain, 2 étant la moyenne), et par 17 skills (plus un Wild Card, le joueur décide s'il en veut un, ou plus) réunissant des ensembles larges, afin de ne pas perdre les nouveaux joueurs dans des milliers de compétences différentes (GURPS quelqu'un?), elles partent de 1, 2 étant la moyenne pour quelqu'un qui s'y connaît assez bien. Le système utilise des points de vie classique (26 pour un homme normal) déterminés selon une simple fonction mathématique ((CON+WILL)x4+16). Les personnages sont définis aussi par des avantages et des "drawbacks", pour tout ce qui n'est pas compétences ou dans les caractéristiques. Le joueur dispose d'un certain nombre de points à distribuer dans chaque catégorie au début, dépendamment de son type de personnage (White hat - gars normal, héro, héro expérimenté).

Les dommages des armes sont simplifiés en éliminant les jets de dés, ils sont fixes ou sont une multiplication de la force (par exemple: Strength x 4) auxquels s'ajoutent le niveau de succès de l'attaque, multipliés par deux pour les balles (dont les dommages contre les vampires sont divisés par 5, afin de décourager les Rambo) et les armes tranchantes. Il y a un survival test (d10+CON+WILL) pour savoir si le personnage reste conscient ou vivant après que ses points de vie soient descendus sous 0. La magie est très subjective, un système très simple de création est donné, ainsi que des exemples.

Les adversaires et personnages secondaires, au nom de la simplicité, voient leurs attributs et compétences transformés en trois score, Muscle, Combat et Brains, que le joueur doit battre avec son jet de dé lorsqu'en opposition avec ceux-ci, ils n'ont donc pas droit à un jet (au lieu de d10+8, le vampire moyen a un score de 14). L'élément central du jeu, pour l'impression Buffy, sont les Drama points, servant à se donner des bonus pour les jets, faire plus mal, avoir moins mal, être avantagé par un coup de chance ou à faire revenir ton personnage après sa mort (coût dépendant de la durée de son absence). Les White hats, dans le but d'égaliser les choses, en ont le double des héros, et en achètent à coût moindre. Finalement (si je n'oublie rien), une table de réaction de peur est donnée pour les événements perturbants et effrayants.

En conclusion:
Ce jeu atteint tous ses buts, intéresser le fan de Buffy aux jeux de rôle, et intéresser les joueurs de jdr au monde de Buffy, avec un système fluide, simple et facile dans une présentation superbe. Je n'ai peut-être qu'une critique, c'est que le système est peut-être un peu TROP simple pour certains et l'aventure incluse n'est pas merveilleuse, mais adéquate. C'est pourquoi, en toute conscience, sain de corps et d'esprit, j'accorde un 5 à ce livre. Et non, je ne souffre pas d'adoration vis-à-vis de la série qui m'aveuglerait dans cette critique (1012 mots, faut que j'apprenne à me modérer :) ).

Alahel  

Tout d'abord, je ne suis pas du tout un buffyFan, & je ne connais que très superficiellement la série... mais, malgré ça, j'ai adoré jouer à Buffy RPG !!!

Ce jeu a vraiment tout pour plaire :
- un système de jeu très souple & très intuitif (& facile à gérer pour le MJ), permettant de se faire plaisir & de jouer un personnage réellement héroïque. (merci les points de héros).
- un monde très facile à appréhender (regarder un épisode suffit), parodique juste ce qu'il faut, rempli de PNJs hauts en couleurs. De plus, il semblerait que le background du Buffyvers soit suffisament souple pour permettre de jouer de nombreux thèmes de campagne différents, ce qui rajoute encore à la versatilité du jeu.
- un esprit "light" tout à fait reposant & rafraîchissant, que l'on retrouve dans la galerie des archétypes proposés, qui donnent tout de suite envie de se mettre dans le bain.

Alors ami rôliste attiré par le fantastique contemporain, mais rebuté par le côté "on se prend au sérieux" du Monde des Ténèbres (& autres whitewolferies), ou par les "wargameries" de D20 Modern (attaques d'opportunité, déplacement par case, etc.), n'hésite pas, Buffy est fait pour toi.

Ceci dit, je pense que tous les joueurs pratiquant un jeu de rôle "détendu" entre amis, sans trop se compliquer la vie, ainsi que les vieux routards qui souhaitent alléger un peu leur roleplay seront charmé par l'ambiance de ce jeu (sans parler de la possibilité de faire des jeux de mots ringards via son personnage, sans risquer les foudres du MJ !!!).

John  

Graphiquement, cet ouvrage est magnifique, la mise en page est fantastique, les images de très bonne qualité et la lecture nous immerge totalement dans le Buffyverse.

Le texte est de qualité, agrémenté de Quotes issus de la série, en relation avec le texte qui suit. L'auteur a su garder un style très Buffyesque tout au long de l'ouvrage, le rendant très agréable à lire. Les règles collent incroyablement bien avec la série et l'utilisation de Drama points permet de jouer des personnages normaux sans pour autant en changer à chaque partie. Il me paraît même plus intéressant de jouer un "White hat" qu'un "Heros" en terme de fun. Mention spéciale pour les règles qui font que les adversaires n'ont pas besoin de faire de jets, toutes les actions se faisant grâce à un score fixe qui représente ses muscles, son intelligence ou encore son combat.

La floppée de maneuvres spéciales permettant d'animer les combats comme dans la série sont également bien faites. Enfin, cet ouvrage aborde un peu tous les thèmes, donnant suffisamment d'informations pour tenir jusqu'à la sortie des suppléments phares comme "Slayer's handbook", "monster smackdown" ou "magic box".

Bref, mon JdR favori, un travail fantastique. Essayez le!

niCO  

Le jeu est une excellente adaptation de la série :
- facile d'accès
- divertissant
- sans prétention et finalement...
- assez mauvais

Ne vous méprenez pas, j'aime beaucoup Buffy et je regarde la série régulièrement sur M6. Cependant, je ne serais pas prêt à en regarder 5 épisodes de suite et c'est un peu la même chose pour le jeu. Une séance de 5 h ça fait long et on finit vite par s'ennuyer.

Tout comme dans la série, les intrigues volent bas, le background est simpliste, les combats sont gagnés d'avance et le groupe contient une Tueuse infiniment plus puissante que les autres joueurs. Pour couronner le tout, le système de règles est simple mais lent : comptez entre 45 min et 1 h pour résoudre un combat entre 4 joueurs et 10 vampires. Passer 1 h à combattre en sachant résolument que les 10 vampires n'ont aucune chance de survivre, croyez-moi, c'est long.

Au final, le seul intérêt de Buffy RPG est de vous réunir entre copains et de faire des dialogues légers et rigolos, à condition de jouer avec des joueurs qui sachent vous faire rire. Vu comme le jeu colle à la série, je suis sûr que les fans le trouveront génial. Les autres risquent comme moi de rester sur leur faim.

Sherinford  

Ce jeu de rôle a bénéficié d'un traitement graphique assez époustouflant : couverture cartonnée, papier glacé, photos et illustrations couleurs...T out est fait pour attirer l'oeil. Mais ce n'est pas cette magnifique présentation qui fait que ce jeu mérite votre attention.

Dans un hobby de plus en plus exclusif, Buffy the Vampire Slayer RPG apporte une dose de fraicheur, avec des règles relativement simples et intuitives, adaptées à l'univers de jeu et émaillées de nombreux exemples qui font tout pour rendre la vie du maître de jeu, ou de l'apprenti maître de jeu, beaucoup plus facile.

Autre remarque : dans ce jeu, tout est fait pour avantager les joueurs ; les monstres et PNJs ont pour la plupart des caractéristiques fixes, que les joueurs doivent dépasser en jetant les dés lorsqu'ils veulent entrer en confrontation (musclée ou plus intellectuelle - on peut rêver) avec ceux-ci. De plus, l'existence des "drama points" permet aux personnages a priori plus "faibles" d'assister efficacement les véritables "héros".

La seule réelle difficulté de ce jeu semble résider dans la question du dosage de l'opposition : il convient de sélectionner des PNJs que les joueurs ont une chance de vaincre. Si la plupart des vampires peuvent être éliminés relativement facilement avec l'aide de "monsieur pointu", il n'en est pas de même des démons qui peuvent donner pas mal de fil à retordre aux joueurs.

Le livre de base contient à peu près tout ce qu'il faut pour commencer, même si il est assez évident que la magie et les monstres devront bénéficier d'un ouvrage séparé...

Romain d'Huissier  

Probablement un des meilleurs JdR tiré d'une oeuvre.

Car il est clair que si l'on aime Buffy et que l'on est rôliste, il sera difficile de ne pas craquer pour ce très beau livre (couverture carton, papier glacé, photos de la série) qui adapte de façon magistral l'esprit même du show au média jeu de rôle.

Pour cela, une création de personnage aux nombreuses possibilités, une gestion particulièrement pratique des PNJ, un système de combat ultralight et donc rythmé et fun (pas de jet de dégât, pas de jet pour les PNJ mineurs) et pléthores de citations de la série sont les ingrédients de base.

Si on rajoute un scénario qui se prolonge en campagne dans les autres suppléments de la gamme, on obtient un jeu particulièrement bien pensé pour plaire aux fans de l'oeuvre. A pratiquer en cross over avec Angel RPG, son petit frère.

Southpark  

ça fait un sacré moment que je joue à divers jeux de rôles, et un sacré moment que je recherchai un jeu fantastique contemporain cohérent, avec un système qui tourne, qui s'éloigne un peu de Cthulhu (dix ans de pratique, j'en ai fait le tour...) et qui se prenne moins au sérieux que le monde des ténèbres.

Et buffy RPG est arrivé. Sans être un fan de la série, il y a tout dans ce jeu. Un système efficace, un univers cohérent qui reste ouvert et maléable à souhait, les références existent partout. En plus la forme est absolument remarquable, et rares sont les jeux, surtout les soi-disants plus intelligents, qui atteignent ce niveau de présentation et de clarté. Un seul bémol, le prix, mais le jeu en vaut la chandelle.

naughtydraco  

Buffy the Vampire Slayer est selon mon goût un jeu à one-shot. En effet, à moins d'avoir des joueurs passionnés par le role-play, je pense que la lassitude peut rapidement arriver. Mais cela peut tout à fait être corrigé par un MJ actif et qui immerge littéralement ses joueurs dans cette univers fun et raffraîchissant. L'avantage avec ce monde est que quasiment tout le monde le connaît au moins un peu pour avoir déjà vu la série.

Ce qui me gêne le plus dans ce JDR vient du fait qu'il est beaucoup trop centré sur l'univers de la série. Il aurait gagné à être plus développer de manière extérieure, à se concentrer sur des sujets comme l'existence de la tueuse, la relation entre les "non-initiés" (les gens comme vous et moi) et les "initiés" (ce qui savent et qui essayent de cacher ce monde assez peu rassurant).

Personnellement, j'ai fait jouer mes joueurs dans leur ville (Nantes) en utilisant ma connaissance géographique et sociale de ma ville et je pense que c'était une bonne idée (en toute modestie). L'attachement à la partie est tout de suite plus intéressant vu que les joueurs savent encore plus de choses sur ce qui entoure leur personnage : tout le monde connait à peu près sa ville mais tout le monde ne connait pas le Bronze, le lycée de Sunnydale, etc. De plus ce jeu ayant (à mon avis) l'intention d'être léger et amusant, il est toujours agréable de transformer une personne ou un lieu connu de tous et de lui donner un côté obscure et lugubre ou bien à l'inverse comique etfun.

Au niveau esthétique, le livre s'en sort avec tous mes compliments, une très belle mise en page, des photos de qualité, des typographies jolies sans être illisibles. L'ensemble est assez clair avec quelques encadrés parfois inutiles ou parfois très interessants. La lecture est facile même s'il faut avoir une bonne connaissance du jargon américain. On se surprend quelques fois à rigoler sur des petites blagues qui mettent bien dans l'ambiance adolescente du jeu.

Pour le système de jeu, un très bon point, puisqu'il est fluide et efficace pour un jeu comme Buffy qui se veut rapide et tonique. Selon moi, les puristes du jeu réaliste pleureront toutes les larmes de leur corps en le lisant mais les autres seront heureux d'assimiler très rapidement les jets de dés et les compétences. Le principal problème vient également de l'inégalité entre le joueur incarnant la Tueuse et les autres joueurs qui peuvent mal prendre la supériorité d'un seul élément par rapport à eux. Il ne faut pas donc jouer avec n'importe qui mais principalement avec des joueurs qui favorisent le role-play au lancer de dé.

Voilà, ce jeu me semble très bon pour les petites soirées où l'importance du scénario n'est pas le plus intéressant et où l'on préfère plutôt s'éclater entre potes et retrouver l'univers rigolo de l'adolescent boutonneux fou amoureux de la plus belle fille du lycée. En campagne, je doute de l'efficacité de celui-ci à moins de vouloir revivre les problèmes avec les parents pour sortir, les cours à suivre alors qu'on a pas envie, etc.

Nuwanda  

Disons-le tout net, quand j'ai acheté le jeu peu de temps après sa sortie, c'était avant tout par simple curiosité. J'adorais la série et je me demandais à quoi pouvait ressembler le jeu, mais à vrai dire, je ne pensais même pas jouer avec, c'était vraiment pour voir.

Et bah j'ai halluciné ! Le jeu est excellent ! L'adaptation est très fidèle et surtout, le système s'accorde parfaitement au jeu et à l'univers. Eden a adapté son classique Unisystem en Cinematic Unisystem pour alléger d'une part la mécanique, mais surtout, pour l'accorder à l'aspect "fast & furious" d'une série télé où ça bastonne. Et ça marche. Le ton général est complètement celui de la série et on s'y retrouve facilement.

Autre chose que j'ai adoré, c'est l'ouverture. On peut tout jouer : un Xander de base, un Vampire classique, un Vampire gentil (genre puce dans la tête ou avec une âme ou autre chose encore), un werewolf, une slayer, un Watcher, un robot à apparence humaine ou simplement une intelligence emprisonnée dans un PC (façon Moloch saison 1), une Wicca, un intello qui manie l'arbalète durant ses week-end, etc. Les possibilités de perso sont vraiment illimitées, qu'on veuille jouer les persos de la série aux différentes saisons ou que l'on veuille partir dans ses délires persos.

Le mieux, c'est qu'on est pas obligé d'être mordu de la série pour apprécier le jeu. Sur mon groupe de 4 joueurs, seul un regarde et apprécie vraiment la série, les autres n'ont pas regardé plus d'une dizaine d'épisodes en 7 ans de diffusion. Et bien tous quiffent et en redemandent, simplement parce qu'on peut jouer à Buffy RPG de plusieurs manières, soit pour la série elle-même, auquel cas on peut même rejouer des saisons, soit pour basher du streum, soit simplement pour délirer. L'épisode pilote fourni dans le livre de base nous a notamment plié de rire à certains passages.

On peut aussi jouer à différentes époques, dans différents pays, et Sunnydale n'est qu'un setting possible parmi tant d'autres. En prime, les Drama Points sont une idée excellente, qui permet de savoir pourquoi le héros est en forme alors qu'il vient de dégringoler les escaliers sur 2 étages ou qu'il arrive au dernier moment juste avant que le rituel du grand méchant n'ait lieu. Les Drama Points permettent donc de simuler à merveille les rebondissements d'une série télé et de faciliter les choses aux PJs. De plus, côté PNJ, plus le PNJ est important, plus il a de Drama Points, et donc, de portes de sortie et de capacités à influencer le jeu, ce qui permet d'éviter que votre boss de saison ne tombe suite à un coup chanceux du PJ le plus faible du groupe (à moins que cela ne fasse partie de vos attentes bien sûr).

Et cerise sur le gâteau, la maquette est vraiment très propre et très classe, les images de la série qui complètent le texte tout au long du bouquin ne sont pas placées au hasard comme les illustrations de certains autres jeux, elles sont toujours en relation avec le contenu du texte et l'ensemble est très agréable à lire.

Bref, une réussite. Moi qui avait acheté le jeu pour voir à quoi ça pouvait ressembler, je me retrouve maintenant à le placer dans mes jeux fétiches. Une vraie réussite, le 5/5 est justifié.

betabloquant  

Le livre : Somptueux, en couleurs, bien illustré.

Le système de jeu : simple sur le principe, avec plusieurs strates de niveau de détail qui permettent facilement d'adapter le niveau de réalisme à ce que l'on souhaite. Probablement le meilleur système de combat que j'ai vu dans un JdR dans la mesure où une foule de manoeuvres existent et produisent des effets différents (comprendre une perte en points de vie, et parfois un effet en plus qui fait la différence).

J'ai lu plus haut une critique sur un combat à 14 intervenants qui durait 45 min/1h. Je connais peu de JdR où un combat à autant de personnages est plus court que ça... Regardez la montre, vous verrez.

L'univers : personnellement je suis un grand fan donc pas très objectif, mais le système est transposable à tout et en particulier pour des one-shots. Je l'ai utilisé pour un one-shot avec des joueurs qui n'avaient jamais joué et j'ai tout géré sans qu'ils aient connaissance de leurs fiches, ce qui n'est pas faisable avec tous les JdR.

L'avis général : une bonne bouffée d'oxygène avec des dramas points qui permettent aux joueurs d'exploiter leurs personnages au maximum. Avec des joueurs un peu limités cela peut être gênant, il faut bien qu'ils comprennent qu'ils sont là pour être dans leur rôle car un "White Hat" qui décide de sabrer les vampires à tour de bras en utilisant tous ses drama points n'a pas d'intérêt. Ils servent plus à leur permettre de survivre à des combats déséquilibrés (un vampire peut facilement venir à bout d'un groupe de PJ white hats dès lors qu'il est joué intelligemment).

Un autre plus : la possibilité de jouer des personnages qui ne sont pas tous au même niveau de "puissance". Et oui, la Tueuse est forte et un geek ne l'est pas, logique. Mais le plaisir d'incarner un membre annexe est parfois plus jouissif que d'être le héros de l'histoire.

Le MJ n'a pas besoin de dés, ce qui est aussi un plus. La magie est extrêmement bien rendue, les sorts puissants, dangereux et instables.

Vraiment, c'est à mon sens le meilleur jeu qui existe sur le marché ; dommage qu'il soit victime d'un préjugé par ceux qui ont suivi la série en français et qui n'ont pas pu comprendre toute la richesse des dialogues...

Mangelune  

La série Buffy étant généralement sous-estimée par ceux qui la connaissent mal, le jeu est par conséquent sous-estimé aussi.

Car Buffy the RPG est un très bon jeu. Le style utilisé est didactique, drôle, émaillé de punchlines tirées de l'oeuvre originale, l'ouvrage est rempli de photos couleurs (on oubliera les illustrations qui, elles, sont assez vilaines).

Le système lui-même est plutôt simple dans ses bases mais réserve bien des possibilités avec toutes sortes de manoeuvres ainsi qu'une magie assez libre et plutôt bien ficelée.

Le parti-pris à la fois génial et casse-gueule est celui d'avoir un groupe avec un héros surpuissant (la Tueuse en général) et des compagnons un peu losers, lesquels ont pour avantage un potentiel de chance démesuré. Dans les mains d'un MJ un peu bête ça peut donner la pire partie de votre vie (vous regarderez votre amie démonter bestioles sur bestioles), dans celle de quelqu'un prenant votre rôle en considération, ça peut renouveler vos habituelles parties de jdr où tous les personnages se valent et où seule la puissance compte.

Le cadre enfin est à la fois simple et riche : peu de background dans Buffy, il vous suffit de vous rappeler toutes ces séries sur le lycée et de leur ajouter des monstres, prenez donc votre ancien établissement ! Le fait d'incarner des adolescents est source de péripéties sans fin : les parents, les profs, les monstres...

Un regret ? Que ce jeu soit en anglais. Il est idéal pour l'initiation.

Critique écrite en mai 2009.

Tenebrax  

Outre une création graphique réussie et une série phare qui fourmille d'inspiration pour créer des scénarios à la pelle, la grande réussite de Buffy JdR est le système de règles.

Le constat simple : seuls les PJs jettent les dés. La résolution des actions est considérablement simplifiée pour le MJ et la rapidité des combats est appropriée à des scénarios riches en rencontres. Contrairement à d'autres jeux, les combats ne dureront pas une séance entière, il sera possible d'en intercaler plusieurs dans des scènes successives.

Le jeu prend également le parti de laisser le choix aux joueurs de quel type de personnage ils souhaitent incarner: héros, vétéran ou looser. Par définition ils sont d'un niveau de puissance différent mais je fus surpris de voir la majorité de mes PJs créer des personnages qui n'ont rien d'extraordinaires, de simples étudiants. Au final, il est plus intéressant de tenter d'échapper aux cinq vampires qui vous poursuivent que de les transformer en poussière sans effort, non? Je recommande un groupe avec un héros et un vétéran au maximum.

Le système de magie est élégant et bien intégré au jeu. Assez freeform mais bien cadré; il fonctionne parfaitement dès lors que le MJ fait attention à quels sorts il accepte de fournir aux personnages. Avec un peu d'habileté, certains sorts peuvent créer des scénarios entiers (comme ce fut le cas dans la série pour l'épisode Tabula Rasa par exemple).

Ma seule critique est la difficulté de gestion des Drama points, ces points qui permettent de réussir plus (trop?) facilement un jet donné ou d'influer sur l'histoire. Il y a trop de Drama points et ils sont trop puissants, ce qui fait que certains joueurs peuvent accumuler ces points pour les utiliser à outrance lors des scènes supposées être difficiles. Je recommande de limiter leur utilisation par scène et de ne pas trop en donner aux joueurs.

Ma note donc, 5/5.

Critique écrite en janvier 2011.

Les éditions mentionnées sont celles de la version originale. Vous avez décelé une erreur ou une correction nécessaire, ou encore vous souhaitez compléter la description ? N'hésitez pas à contacter la passerelle !

Mots des auteurs

Aucun mot d'auteur sur cet ouvrage pour le moment.

Critiques

  • Moyenne des critiques