Contenu | Menu | Recherche

C'est sérieux là ! On joue !

Ancient Echoes

.

Références

Contributeurs

Contenu de l'ouvrage

Matériel

Livre de 128 pages à couverture souple.

Description

Ancient Echoes est un supplément traitant d'un sujet controversé dans Blue Planet : les cétacés. En effet, ceux-ci font partie intégrante du background du jeu puisqu'éveillés à la conscience. Ils ont en effet participé à l'effort de colonisation de Poséidon. Il était déjà possible de créer un PJ cétacé, chose souvent perçue comme difficile, ce livre lève donc le voile sur ces espèces mal connues et surtout mal comprises.

Le premier chapitre New to the World (21 pages) traite de l'histoire et de la culture cétacée. Depuis les travaux révolutionnaires du docteur Marcos Gottfried ayant le premier permis à un dauphin d'atteindre le seuil de la pensée consciente par le biais de thérapies géniques, le monde tel que nous le connaissons a été ébranlé. L'accès à l'intelligence fut brutal et la prise de conscience de la société humaine se fit avec un décalage certain. Le temps de réaliser, la pression des premiers dauphins intelligents (de l'espèce des grands dauphins) avait provoqué l'élévation d'autres espèces, du moins celles qui avaient survécu jusqu'ici à la pollution et à la dévastation de l'écosystème : bélugas, épaulards, baleines pilotes et dauphins communs. Les conséquences sur le monde entier furent radicales. Les droits de l'homme pour ne citer qu'eux, durent prendre en compte ces nouvelles espèces intelligentes, tandis que d'un point de vue plus pratique, il fallut adapter la société toute entière à ses nouveaux membres : infrastructures, lois, etc. Ce chapitre aborde également les mystères de la psychologie des cétacés et en particulier leurs spécificités culturelles, qui seront approfondies dans le troisième chapitre.

Le deuxième chapitre Biology (24 pages) aborde le problème du point de vue du scientifique. Depuis l'anatomie des cétacés (une double page montre les cinq espèces à l'échelle) jusqu'à leurs caractéristiques morphologiques, tout est passé au crible. On trouvera même un schéma en coupe d'une tête de dauphin, et des précisions sur la respiration, la nage, le sommeil, la reproduction et l'alimentation. Les sens des cétacés sont très particuliers, puisqu'on y aborde deux sens inconnus des humains : le sonar et la sensibilité magnétique. Il y a là de quoi ouvrir des perspectives nouvelles... Les cinq espèces sont présentées successivement avec leur spécificités par rapport aux informations données précédemment : anatomie, durée de vie, mode de nage et de plongée, reproduction, régime alimentaire, comportement primitif, comportement moderne, groupes primitifs, groupes modernes (homogènes ou hétérogènes).

Culture (28 pages) explicite une culture qui n'a rien d'humaine. Bien que la culture cétacée soit récente, elle plonge ses racines dans des millénaires d'histoire, l'histoire d'espèces alors livrées à leurs instincts. Pour commencer, le langage des cétacés est un problème complexe. Malgré l'invention de l'InterSpec, un langage destiné à favoriser la communication inter-espèces (et notamment à offrir la possibilité aux hommes de comprendre les cétacés), l'utilisation de traducteurs n'est pas un luxe dans la vie courante. Et si vous pensiez que les difficultés allaient se limiter aux barrières de la langue, détrompez-vous. Le reste du chapitre va vous initier au mode de pensée d'un cétacé, depuis la façon dont ils se nomment jusqu'à leur comportement social en passant par leur mémoire, leur intuition, leurs émotions, leur proverbial sens de l'humour et leur dédain pour la propriété privée. Si vous aviez un intérêt pour les sciences cognitives, alors ce chapitre vous apportera tout ce qu'il faut savoir pour mettre en scène ou se mettre dans la peau d'un dauphin intelligent. La société cétacée n'est pas écartée, puisque l'église du chant des baleines est présentée avec le fondement de ses mythes, ses rassemblements et ses coutumes. De même, l'organisation du "groupe", la cellule de base composant la société des cétacés, est un point d'importance traité ici en profondeur, et l'on est bien loin de la cellule familiale humaine.

Life on Poseidon (30 pages) recentre le livret sur Poséidon. Les relations entre hommes et cétacés y sont particulières, bien loin de ce que l'on peut voir sur une Terre dévastée par des siècles de surexploitation et de pollution impunie. Outre la description des relations entre chaque espèce et les humains, relations conditionnées par les différences culturelles et les conditions de vie, on aborde tous les sujets de la vie quotidienne sur la planète aquatique. Vous trouverez les réponses à des questions telles que : quelle profession peut exercer un cétacé ? Pourquoi y a-t-il tant de cétacés dans les forces armées de la GEO ? Y a-t-il des cétacés criminels ? D'autres aspects plus pragmatiques de la vie quotidienne sont longuement décrits : l'alimentation et la chasse, les soins médicaux, les communautés de cétacés et leurs infrastructures, les dangers de la faune, l'éducation et les loisirs. Hydrospan, l'état corporatiste dirigé par des cétacés tient une place importante dans ce chapitre, et on devine pourquoi. Le chapitre se termine sur cinq PNJ cétacés, dont le célèbre terroriste épaulard Bataku. On trouvera pour chacun la fiche avec les caractéristiques et un background détaillé.

Le cinquième et dernier chapitre Cetacean Character (22 pages) contient tout ce qu'il faut savoir pour mettre fin à la controverse énoncée en début de texte concernant la possibilité de jouer des cétacés. En effet, les auteurs fournissent tout d'abord des explications pour éviter de jouer "des humains déguisés en dauphin", puis des conseils pratiques sur les façons d'intégrer ces personnages hors normes au jeu. En effet, pas facile d'interagir avec le groupe lorsqu'on est condamné à rester à l'eau pendant que tout le monde prend une glace au café. Heureusement, la téléprésence par l'utilisation des moyens de communication modernes et de drones prend tout son sens avec les cétacés qui peuvent en faire un usage permanent. Après un passage traitant des techniques de combat propres aux cétacés, de nouveaux packages professionnels complètent ceux livrés dans le Player's Guide. Les onze pages suivantes traitent de la technologie propre aux cétacés : armes, équipement, etc. et complètent donc le Player's Guide et Fluid Mechanics.

L'ouvrage se termine sur une page récapitulative des caractéristiques des différentes espèces de cétacés dans le cadre d'une création de personnage, suivi d'une feuille recto-verso de personnage adaptée à des cétacés. Tout au long de l'ouvrage, quelques encarts proposent des anecdotes ou de courtes nouvelles d'ambiance.

Cette fiche a été rédigée entre le 8 mai 2000 et le 8 mai 2009.  Dernière mise à jour le 23 août 2019.

Critiques

Coredump  

Grosse surprise, ce supplément. Comprenez-moi... le suivi plus qu'hésitant de FFG, le passage de la gamme en couverture souple. Tout cela sentait plutôt mauvais, et j'appréhendais un supplément à la qualité bradée. Une claque !

Tout d'abord, c'est ce bon vieux Jeff, papa de la gamme BP qui a repris du service pour nous parler de son dada : les bébêtes aquatiques avec nageoires mais qui respirent tout de même de l'air. Depuis la sortie du jeu, le sujet des cétacés divisait les joueurs et les meneurs. Incarner un être si différent, si limité dans les interactions semblait un défi au-dessus de la force de tous. Qu'à cela ne tienne, ce supplément est là pour faire monter les enchères et ne pas laisser le sujet en plan, comme une affaire non-classée.

Après une première lecture, j'en reste sur le derrière. Comme les autres suppléments de Blue Planet, on a l'impression de s'instruire, et une idée de scénario me vient à l'esprit à chaque ligne, ça fourmille! Si un tapir venait à passer... Plus sérieusement, la documentation est toujours aussi sérieuse. L'écriture toujours aussi bonne même s'il y a moins d'illustrations, et finalement, on se rend compte qu'on ne connaissait rien aux cétacés du monde de BP avant de lire ce supplément. Pas de redite, rien que du neuf !

Dans le registre des bonnes trouvailles, il y a le passage sur l'histoire des cétacés, dont l'existence en tant que citoyen a été longtemps éludée par les institutions jusqu'à ce qu'un meurtre soit commis. Or, il a bien fallu leur accorder un statut pour pouvoir juger. Cette anecdote est plus vraie que nature. Et je passe sur le florilège de détails concernant la psychologie des dauphins et la "société cétacé".

Pour finir, reste la question cruciale : suis-je convaincu de faire jouer des cétacés à ma table ? Mmmmmhh joker. J'avoue être assez dubitatif sur la capacité d'un de mes joueurs à pouvoir/vouloir jouer un cétacé (il leur faudrait quasiment ce taper ce supplément). D'un autre coté, je ne vais pas me priver d'exploiter le filon du coté des PNJ, et qui sait... ça créera peut être des vocations.

Ma conclusion ? Bah, vous la connaissez. Ce supplément vaut son prix, relativement élevé certes. Mais il le vaut. Mais pourquoi n'en sortent-ils pas plus de cet acabit ?!

Jérôme Darmont  

Wah ! La claque ! Je ne pensais pas qu'il serait possible de faire mieux que Natural Selection... Et bien si ! Ca faisait longtemps que je n'avais pas dévoré un supplément de JdR comme ça !

Avant, jouer un cétacé à Blue Planet pouvait paraître compliqué : ils sont physiquement tout le temps dans l'eau, ils ont une mentalité très différente des humains, etc. Même casse-tête côté MJ pour gérer un groupe mixte humanoïdes-cétacés. Toutes les réponses se trouvent dans ce supplément, et plus encore !

De nouvelles espèces de cétacés (dauphins communs, bélugas et dauphins pilotes), l'histoire des cétacés (impeccablement cohérente avec le reste du background de BP), leur physiologie, leurs coutumes, leur état corporatiste bien spécifique (Hydrospan), la création de perso, la gestion des modules télécommandés, tout, tout, tout et tout bon !

Peut-être un petit bémol côté illustrations : elles sont peu nombreuses (mais de qualité, ce qui compense en ce qui me concerne). Bref, ce supplément est un indispensable de la gamme.

Sabbak  

Les précédantes critiques ayant relevé l'essentiel des points positifs de ce supplément, je me bornerais à insister sur quelques détails :
* Illustration : n'oublions pas la - superbe - couverture ! Que c'est agréable de pouvoir admirer une couv' sans rougir de honte... les dessins de J.-M. Targette sont simplement excellents !
* Background : on n'insistera jamais assez sur l'aspect "réaliste" du background de BP. Ce supplément vient nous le rappeler : les auteurs ont pris le temps de penser à un décors solide et cohérent. Pourtant, "réaliste" ne signifie pas "aride". Comme le souligne l'un des critique précédant : les idées de scénarios sont innombrables.
* Bémol : hé oui, il y en a un... En fait, il manque un "vrai" scénario mettant en jeu nos amis les cétacés. Certes les pistes sont légions mais elles ne remplaceront jamais un scénario complet, prêt à jouer, qui exploite les spécificités du texte.

Ceci dit, il m'est impossible de tenir compte de ce dernier bémol pour mettre moins que 5 à ce supplément, tant la gamme Blue Planet surnage au-dessus de la majorité des productions rôlistiques actuelles.

Franz  

Ben là franchement tout est dit : la claque ! C'est la première chose qui me vient à l'esprit en pensant à AE. Comme toujours avec BP, c'est fouillé, renseigné et convaincant. Pour paraphraser Jérôme on se demande comment on a pu s'en passer jusqu'alors. Mais là où Frontier Justice pèchait par aridité, on dévore ce supplément de bout en bout, car tout est sujet à idée de scénario ou de scène.

La société cétacée est donc à la fois proche et différente de celle des hommes. Les pistes à explorer sont légion et les PNJs en sortiront grandis et enrichis. Pour ce qui est de jouer un cétacé, les avis divergent, mais le challenge ne me semble pas hors de portée. Toutefois il nécessite un MJ attentif et, surtout, un joueur (très) motivé (donc en ce qui me concerne je vais devoir encore attendre un petit peu...). Si les deux sont réunis alors ce supplément contient de quoi s'éclater très longtemps (en fait il sera indispensable).

Côté maquette c'est une bonne surprise puisque les illustrations sont globalement au-dessus de la moyenne de la gamme, pour un résultat très honorable (même si elles restent peu nombreuses et qu'on y voit surtout des dauphins).

Au chapitre des (petits) regrets :
- pas de scénario. C'est vrai qu'on s'y était habitués, et comme le dit Sabbak, vu le sujet, ça aurait été particulièrement bienvenu. En contrepartie le livre est plein à craquer.
- pas de couverture rigide. Du coup le prix en bénéficie, mais au milieu de ma ludothèque ça dénote un peu :o(.

Comme quoi je chipote et le 5 est largement justifié: cet ouvrage m'a autant emballé que le Player's Guide lors de ma première lecture.

Les éditions mentionnées sont celles de la version originale. Vous avez décelé une erreur ou une correction nécessaire, ou encore vous souhaitez compléter la description ? N'hésitez pas à contacter la passerelle !

Mots des auteurs

Aucun mot d'auteur sur cet ouvrage pour le moment.

Critiques

  • Moyenne des critiques