Contenu | Menu | Recherche

Le jdr, et plus si affinités

From the Ashes

.

Références

  • Gamme : AD&D - Greyhawk
  • Version : première édition
  • Type d'ouvrage : Supplément de règles et de contexte
  • Editeur : T.S.R.
  • Langue : anglais
  • Date de publication : janvier 1992
  • EAN/ISBN : 1-56076-341-8
  • Support : Papier et Electronique
  • Disponibilité : Paru

Contributeurs

Contenu de l'ouvrage

Matériel

Boîte en carton contenant :
- "Atlas of the Flanaess", livre de 100 pages à couverture souple
- "Campaign Book", livre de 100 pages à couverture souple
- 5 fiches perforées au format du Monstrous Compendium
- 20 fiches cartonnées en couleur (recto) et noir & blanc (verso)
- 3 cartes posters en couleur au format Usx8

Description

Sous le titre de From the Ashes se cache en réalité la deuxième édition de World of Greyhawk. Cette extension prend en compte les enrichissements apportés par les nombreux modules parus depuis la première édition, ainsi que les profonds bouleversements politiques provoqués par les Guerres de Greyhawk.

Le premier livre de la boîte est un atlas de la Flanesse, la région la mieux connue du continent d'Oerik.

Le chapitre d'introduction propose une description du matériel fourni dans la boîte avant de survoler les évolutions majeures qu'au connues la Flanesse depuis World of Greyhawk : Le Haut Royaume à disparu, les forces du bien représentées par la Furyondie, le Nyrond et le Keoland sont considérablement affaiblies, Iuz le Maléfique s'est taillé un empire menaçant désormais l'ensemble du continent malgré le Pacte de Greyhawk signé à la fin de la guerre, et la Confrérie Ecarlate redouble d'efforts pour étendre son influence sur le monde. Un long résumé des cinquante dernières années permet de comprendre comment la Flanesse en est arrivée à ces temps particulièrement sombres.

Le chapitre suivant est une présentation générale de la Flanesse. La première partie détaille les nombreuses etnies humaines et demi-humaines peuplant la région, leurs langues et leurs coutumes. Vient ensuite une description des nombreuses nations de Flanesse, dans l'ordre alphabétique. Pour chacune, on trouvera son système politique, ses particularités culturelles, son histoire récente, et le cas échéant son rôle dans la guerre.

Le chapitre trois présente quant à lui les régions sauvages du continent (marais, déserts, forêts.) avant de détailler quelques un des principaux sites mystérieux de Flanesse formant de bons cadres d'aventure. Ce chapitre se termine sur une liste de rumeurs que le MD pourra glisser dans les discussions de taverne.

Le quatrième et dernier chapitre est consacré à la religion. Il commence par examiner les relations entre les dieux et les hommes dans le monde d'Oerik avant de s'attarder sur le rôle et les pouvoirs du clergé. Le reste de ce chapitre propose la description des différentes divinités majeures, intermédiaires et mineures ainsi que des demi-dieux. Pour chaque divinité, on trouvera son portefeuille, les caractéristiques de son avatar et les spécificités de son église.

Le deuxième ouvrage de la boîte s'intéresse au cadre par défaut dans le monde de Greyhawk : la Cité Libre de Faucongris.

Cette cité majeure de Flanesse a bénéficié de sa propre extension (City of Greyhawk), mais elle n'a pas été épargnée par la guerre, et le premier chapitre propose une mise à jour des informations à son sujet.

Le chapitre deux forme le coeur de ce livre et vient compléter l'atlas du premier volume en proposant une description détaillée de nombreux sites d'aventures (villes, châteaux, ruines.) sur le territoire de la Cité Libre, mais aussi de nombreux groupes sociaux : organisations de mercenaires, sociétés secrètes, sectes et autres ordres chevaleresques.

Le chapitre trois est un recueil de personnages importants de la région de Faucongris, dont de nombreux défenseurs ou ennemis de la Cité. En fonction des personnalités décrites, on trouvera également des compléments d'informations sur divers aspects de la vie à Faucongris : diplomatie, commerce, religion, traditions.

Le quatrième et dernier chapitre propose deux scénarios exploitant le cadre décrit dans cet ouvrage. Le premier est destiné à des personnages débutants, qui devront traquer une bande de voleurs à travers le Marais des Brumes. Dans le second, des aventuriers un peu plus expérimentés seront chargés d'accompagner un prêtre de Pholtus devant se rendre dans la Forêt Tortueuse pour apporter les derniers sacrements à un chevalier tombé devant l'ennemi.

Vingt fiches cartonnées viennent compléter ces deux livres en proposant diverses aides de jeu : on y trouvera de petits scénarios, des tables de rencontres aléatoires classées par type de terrain et par région, ainsi que des tableaux récapitulatifs des personnalités et puissances politiques de Greyhawk.

Les trois posters en couleur présentent des cartes du continent d'Oerik et de la région de la Cité de Faucongris. Elles sont recouvertes d'une grille d'hexagones facilitant les mesures de distance.

Enfin, cinq fiches perforées au format du Monstrous Compendium proposent la description de six nouvelles créatures.

Cette fiche a été rédigée entre le 8 mai 2000 et le 8 mai 2009.

Critiques

Guilhem  

Le monde de Faucongris aura dû attendre près de quinze ans pour disposer d'une boîte de base digne de ce nom, l'ancienne version (World of Greyhawk) étant aussi obsolète que bâclée.

Et la description de la Flanesse que propose From the Ashes surprend ceux qui en sont restés à cette image de collage hétéroclite d'éléments de fantasy et de medfan qui servait de décor aux modules généraux d'AD&D... A la manière des Royaumes Oubliés, Greyhawk relève toujours de la high fantasy : on y affronte des méchants sorciers et des gros dragons dans des ruines et des donjons. Mais l'atmopshère est nettement plus sombre : la plupart des royaumes sont chancelants, les relations diplomatiques extrêmement complexes et l'avenir du monde plus qu'incertain. Les intrigues politiques et les diverses factions et sociétés secrètes sont également mieux décrites et fournissent de nombreuses possibilités d'aventures. En outre, c'est sans doute l'univers AD&D où le système féodal est mis le plus en avant, à travers la hiérarchie sociale (et les contestations qu'elle provoque), l'esprit de chevalerie et les rapports complexes entre politique et religion. On pourra même y jouer des campagnes proches de Pendragon si on le souhaite.

Bref un monde à l'atmosphère enfin cohérente, et beaucoup plus original que sa réputation ne le laisse croire.

Silenttimo  

Au risque de me répéter, Carl Sargent a réalisé un excellent travail sur Greyhawk, reprenant brillamment la suite de ce monde créé par Gygax qui nécessitait d'être sérieusement enrichi.

Car non seulement il a apporté davantage de cohérence dans l'univers, reprenant en les étoffant des informations distillées par Gygax de manière éparses dans la 1ère boîte ainsi que dans divers articles du magazine Dragon US, mais il a aussi apporté une touche de noirceur dans cet univers qui lui donne suffisamment d'instabilités dans son statu-quo succédant aux guerres, et permet à n'importe quel maître de faire pencher la balance ici ou là pour mettre ses joueurs dans une situation difficile quel que soit le type de scénario privilégié (guerre, coup d'état, famine, révoltes, escarmouches, espionnage, prosélytisme, jeux de cour, commerce...).

L'auteur a su capter l'ambiance du monde de Greyhawk pour l'agrémenter de nombreux détails et le rendre vraiment jouable quel que soit le niveau des personnages, l'ancienneté des joueurs dans le jeu de rôle et l'ambiance recherchée.

Une vraie réussite.

Critique écrite en avril 2011.

Ivryen  

Je me joins au concert de Louanges sur cette boite qui a révolutionné Greyhawk.

D'abord elle était bien pleine, cette boite : deux livrets de plus de cent pages, des cartes magnifiques (celles de la première boxed set avaient leur charme, mais celles-ci sont encore meilleures, bien que mes préférées soient celles du supplément Greyhawk Wars avec leurs frontières bien tracées) et plein de fiches avec des idées d'aventure et des monstres nouveaux. Sur le plan de la mise en page et des illustrations, on était clairement dans le haut de gamme TSR.

Sur le plan technique, les enjeux de ce supplément étaient l'adaptation du monde à la seconde édition des règles. Les caractéristiques de la plupart des PNJ furent ainsi reconverties sous le format standard de cette version d'AD&D. Il ne faut pas croire, cependant, que From the Ashes fût un manuel technique car il se consacrait presque exclusivement au contexte dans lequel il introduisait des changements radicaux.

Rappelons l'essentiel des changements. Après les guerres de Greyhawk, le monde se relève de ses cendres et les bouleversements sont très nombreux. Les puissances maléfiques sont en expansion (Luz, Confrérie Ecarlate) tandis que le Great Kingdom a éclaté en deux entités (on sent que l'éclatement de l'URSS venait de se produire) et le puissant Turosh Mak a unifié les humanoïdes du Pomarj. Face à ces nations, les pays bons sont sur la défensive ou pleurent leurs morts et leurs cités perdues, tandis que d'autres régions ont su tirer leur épingle du jeu et voient leurs affaires fleurir à l'instar de Greyhawk City.  

Un autre changement de taille était l'introduction d'un meta-plot impliquant le Cercle des Huit et Rary. Si, dans la version gygaxienne de Greyhawk, les puissants magiciens s'engageaient peu dans le monde (ou alors subtilement sur le modèle de la littérature med-fan traditionnelle), dans From the Ashes, ils prenaient nettement partie et l'un d'eux, Rary (oui, celui du moyen mnémotechnique) trahissait ses collègues en soulevant les Nomades du Bright Desert, puis en s'installant dans ces dunes désolées avec son complice Robillard. 

Ces changements combinées apportaient donc au monde de Greyhawk une complexité narrative et géopolitique qui lui avait jusque là fait défaut. Au monde médiéval fantastique haut en couleur créé par Gygax, succédait un monde plus gris qui laissait sa place à des intrigues politiques et au jeu subtil des grandes puissances tout en gardant sa dimension High Fantasy. Sargent a participé à la gamme Warhammer et cela se sentait dans son approche du jeu. C'est pourquoi, From the Ashes fut à l'origine d'un schisme dans la communauté des amateurs de Greyhawk. Outre-atlantique, notamment, le développement d'une storyline contraignante (car reprise dans les scénarios et les suppléments) fut vécu comme une atteinte au droit des joueurs d'avoir la place centrale dans le monde (en conformité avec la vision gygaxienne). Cette tentative de TSR d'imposer un cadre contraignant (l'une des rares avec DragonLance) se heurta ainsi au goût des joueurs d'AD&D pour le "joyeux bordel". Ne cherchez pas ailleurs les raisons du succès des Forgotten Realms, nettement plus archétypal que Greyhawk. 

L'échec  de Greyhawk version From the Ashes est bien regrettable car il permettait d'avoir enfin, à AD&D, des possibilités de jeu en campagne dans lequel les aventures ne se résumaient pas à faire un remake du Seigneur des Aneaux et à enchaîner les donjons (ce qu'encourageait les campagnes comme le Temple du Mal élémentaire ou Vault of the Drows). Le monde y gagnait en consistance et les possibilités d'aventure s'y démultipliaient. J'ai joué et fait jouer des milliers d'heures grâce à ce supplément. Il mérite donc pour moi un 5 car il est indépassable en terme de contenu et demeure le compagnon le plus fidèle d'un MD qui veut faire jouer dans un monde fantastique subtil et très riche.

Critique écrite en janvier 2014.

Les éditions mentionnées sont celles de la version originale. Vous avez décelé une erreur ou une correction nécessaire, ou encore vous souhaitez compléter la description ? N'hésitez pas à contacter la passerelle !

Mots des auteurs

Aucun mot d'auteur sur cet ouvrage pour le moment.

Critiques

  • Moyenne des critiques