Contenu | Menu | Recherche

N'est pas mort celui qui peut être l'objet d'un crowdfunding

DL1 - Dragons of Despair

.

Références

  • Gamme : AD&D - Dragonlance
  • Sous-gamme : Chroniques de la Guerre de la Lance
  • Version : première édition
  • Type d'ouvrage : Scénario / Campagne
  • Editeur : T.S.R.
  • Langue : anglais
  • Date de publication : janvier 1984
  • EAN/ISBN : 0-88038-086-1
  • Support : Papier et Electronique
  • Disponibilité : Paru

Contributeurs

Contenu de l'ouvrage

Matériel

Livret au format US Letter de 38 pages à couverture souple.

Description

Dragonlance est une campagne qui a marqué AD&D par son côté épique, les aventures proposant d'incarner une troupe de personnages pré-tirés (ou 6-8 personnages de niveau 4-6) appelés à sauver le monde de Krynn de l'invasion des Draconiens. Les aventures des héros sont également contées dans une série de romans. Le module DL1 correspond au début du premier roman de la saga : Dragons d'un crépuscule d'automne.

Les fiches de personnages prétirés comprennent : Tanis le guerrier elfe, Goldmoon, la future prêtresse, Riverwind son compagnon ranger, Tasslehof Burrfoot le roublard Kender (une sorte de halfling), Caramon le guerrier et son frère Raistlin, le mage maudit, Sturm Brightblade (héritier des chevaliers de Solamnia, presque un paladin), et Flint Fireforge un guerrier nain. Il est aussi possible d'incarner des personnages créés par les joueurs (mais il vaut mieux alors être conscient du fait que bon nombre d'événements de la campagne auront vraisemblablement moins d'impact sur ces personnages et qu'un travail d'adaptation sera à fournir). D'autres personnages rejoindront ce groupe au fur et à mesure des modules.

Ce premier module décrit le fonctionnement en événements / lieux de l'ensemble des modules de la saga (fonctionnement repris dans l'ensemble des modules de la gamme) et décrit aussi très succinctement le monde de Krynn (notamment les particularités ayant trait aux kenders, aux prêtres, à l'utilisation des monnaies, etc.)
Le premier chapitre débute à l'Auberge du Dernier Refuge et mènera les personnages jusqu'aux marais de Xak Tsaroth, l'ancienne cité engloutie. Y est décrit le nord de l'Abanasinie, théâtre des événements de ce module.
Le deuxième chapitre décrit le marais et ce que les personnages y trouveront.
Le troisième chapitre décrit la cité engloutie et sa population (plus nombreuse et plus prolifique qu'il n'y paraît)
Enfin le dernier chapitre décrit la confrontation des personnages avec un ennemi ancien pour obtenir ce qu'ils sont venu chercher à Xak Tsaroth.
En appendices, le meneur trouvera les caractéristiques des monstres et des objets, les plans des différentes zones traversées, le début du Cantique du Dragon (qui sera complété au fur et à mesure des modules) et même la chanson de Goldmoon, que les joueurs pourront interpréter pour donner encore plus de saveur à la première séance.

Une traduction française de ce module verra le jour dans un supplément conjoint avec Dragons of Flame.

Joueurs, passez votre chemin, ce qui suit ne vous concerne plus¿

Les modules de Dragonlance décrivent certes des batailles épiques dans le style "donjon" mais toutes les rencontres ne sont pas offensives et une large part est laissée à la découverte des mystères du monde de Krynn et à l'évolution des personnages de la saga. Ce premier épisode débute la grande saga par la quête des tablettes divines qui vont permettre au peuple de Krynn de retrouver la connaissance de leurs vrais Dieux. En raison de leur ignorance, les clercs de Krynn ne peuvent lancer de sortilèges au début de l'aventure.

Nul n'a vu de dragons dans le monde de Krynn depuis près de 1000 ans et cette aventure permettra également d'en affronter un, normalement trop puissant pour eux. Chaque module suivant verra son point culminant autour de la rencontre d'un ou plusieurs dragons.

Ce module est l'un des plus dirigistes et sert principalement à camper les personnages et la situation, lançant l'aventure. Malgré sa grande linéarité, il permet tout de même quelques détours en Ansalonie, région de départ des personnages: Haven, la forêt de Darkenwood, Solace, le lac Crystalmir, les plaines Que sont autant de zones peu exploitées dans la trame principale, mais qui peuvent être sources de maintes aventures.

Cette fiche a été rédigée entre le 8 mai 2000 et le 8 mai 2009.

Critiques

Stephane 'Docteur Fox' Renard  

Je ne sais pas ce que je penserais de Dragonlance aujourd'hui mais à l'époque (1985), j'ai pu penser en le jouant que c'était ultime. A 4 joueurs et un maître, nous avons commencé la saga en prenant 2 personnages chacun, nous savions que certains pouvaient mourir à certaines étapes, que de grands moments de bravoure attendaient au tournant, et que nous pourrions peut être égaler les exploits des romans. (Moi j'ai pris Tanis et Raistlin).

Les révélations sur le passé et les relations des personnages nous aidaient à mieux rentrer dans l'aspect roleplay. Les gros mystères du monde de Krynn sont révélés au fur et à mesure :
-les anciens dieux
-les envahisseurs draconiens
-les dragons
-une mystérieuse reine noire (à venir).

Enfin des donjons de bon ton alternent avec des séquences de roleplay ou des interactions avec des PNJs pas forcément hostiles. Tout ceci semble une évidence aujourd'hui. A l'époque, et pour Donjon, c'était quand même assez nouveau.

Thom'  

Dragonlance est sans conteste l'une des campagnes les plus marquantes de l'épopée donjonnesque. Bien sûr, tout au long des 14 modules de la campagne (DL 1 à 14), les donjons et les ennemis à abattre sont légions. Bien sûr, certains des moteurs de la campagne ont vieilli (voire, sont devenus des clichés, comme le bon vieux départ dans une auberge...). Mais, à la fin, il reste l'amusement. L'amusement de participer à une grande épopée. L'amusement de voir évoluer son personnage par rapport au monde, très riche malgré les apparences. L'amusement de redécouvrir ce monde inconnu, perturbé par un grand cataclysme.

L'intérêt enfin, de ces personnages, avec pour chacun, une histoire bien ficelée, des motivations bien réelles, des relations pas toujours évidentes avec les autres membres du groupe, et pour certains un destin épique à souhait.

Dragonlance est un monument. Tel un monument, la campagne a vieilli, érodée par le passage du temps et recouverte d'une couche de poussière. Mais, sous la poussière et les affres du temps qui passe, il reste quand même une des rares campagnes éditées dignes de ce nom. Une des rares campagnes pour laquelle on peut distinguer ceux qui l'ont menée / jouée, et les autres.

Malheureusement, ces modules sont bien souvent introuvables. Malheureusement, le monde de Krynn est assez complexe et requiert plus que quelques modules d'aventure pour bien en saisir toute la teneur. Toutefois, par la grâce de Paladine, TSR a réédité l'ensemble de la campagne en un gros pavé (le Dragonlance 25th anniversary) qui regroupe, outre ce DL 1, la majeure partie des 13 autres modules. Un must have !

A noter, pour ceux qui voudront se procurer et jouer les modules originaux, qu'il peut être très utile de posséder le DL5 (Dragons of Mystery) avant de se lancer dans la campagne avec le DL1. Le DL5 contient en effet pas mal d'infos sur les personnages et le monde, indispensables pour les meneurs qui ne connaîtraient pas Dragonlance par ailleurs.

pierreetpoint  

Ah, Dragonlance ! Que de merveilleux souvenirs de jeunesse. A l'époque, cela s'appelait même Lancedragon.

A relire ce premier module avec 25 années d'évolution du jeu de rôle, on a une idée du chemin parcouru : les personnages étaient encore pour partie des pions de wargame évoluant sur une carte découpée en hexagones, les évènements et rencontres tombaient avec une régularité toute mathématique, il fallait un donjon et un dragon par module...

Pourtant, à l'époque comme aujourd'hui, ce qui fait le charme du jeu de rôle était là : personnages et univers aux backgrounds fouillés et sinon plutôt atypique, du moins avec une identité forte ; les moments dramatiques étaient bien là, sous les rencontres scriptées de la carte de jeu ; le scénario était logique et équilibré...

Reste une linéarité forte de l'intrigue. La version 15ème anniversaire avait fait beaucoup pour l'adoucir.

Quoi qu'il en soit, un monument du jeu de rôle qu'il faut avoir fait au moins une fois.

Les éditions mentionnées sont celles de la version originale. Vous avez décelé une erreur ou une correction nécessaire, ou encore vous souhaitez compléter la description ? N'hésitez pas à contacter la passerelle !

Mots des auteurs

Aucun mot d'auteur sur cet ouvrage pour le moment.

Critiques

  • Moyenne des critiques