Contenu | Menu | Recherche

Restez sur vos gardes, ne faites confiance à personne, gardez vos dés à portée de main

Michaela Eaves

Illustrateur

Identité

Biographie

Mon implication dans le jeu a commencé quand j'avais 17 ans et que je finissais le lycée au Montana. Ce beau garçon que je voyais m'a demandé si je voulais participer à une partie de D&D avec ses amis et lui. J'avais entendu parler du jeu auparavant, et j'étais déjà intéressée, et comme j'étais aussi intéressée par mon petit ami, j'ai pensé que ce serait sympa. La première partie fut un peu un échec, cependant. Mon personnage est mort dans les quinze premières minutes. Du coup c'était plus facile d'écouter dans les heures suivantes, donc ce ne fut pas totalement mauvais. Pourtant j'ai adoré. C'était comme aller voir un bon film auquel on pouvait participer.

De toutes manières, comme je lis tout le temps des livres de fantastique, je serais tout le temps en train de dessiner des trucs liés au jeu, comme des dragons et des elfes. Aussi c'était tout naturel que je prenne un peu plus comme sujet ce que je faisais.

J'ai fini par aller un moment à l'école de dessin au Savannah College of Art and Design. Je voulais avoir une license en illustration. Une enseignante signala qu'il était difficile de vivre de l'illustration juste à la sortie de l'école, et donc suggéra que je fasse également du graphisme. Le conseil semblait sensé, alors je l'ai adopté.

A présent (avril 2004) le graphisme est ce qui me fait vivre, et cela va bien avec l'illustration.

Je continue à jouer, mais pas aussi souvent que je voudrais. J'aime le plus jouer à Shadowrun et quand mes amis et moi arrivons à nous libérer, nous jouons. La plupart des autres personnes avec qui je joue sont aussi des dessinateurs et cela donne des parties vraiment drôles et pleines d'imagination. Nous finissons souvent en illustrant la partie pour chacun : personnages, scènes, plans, n'importe quoi.

Ce sont ces dessinateurs qui m'influencent le plus. Nous prenons souvent nos carnets de croquis au petit déjeuner et nous nous critiquons. Nous pouvons voir ce que fait chacun, et cette espèce d'exposition aux dessins d'autres personnes finit par avoir de l'effet sur son propre style.

Le travail dont je suis la plus fière semble être quoi que ce soit que je viens de terminer, ou que je me prépare à commencer. La raison à cela est que j'aime sentir que j'améliore mon métier et mes compétences, et j'aime l'idée que le meilleur est toujours un pas en avant. Ça me donne quelque chose vers lequel me tourner, un objectif à atteindre.

Dans mon temps libre on peut me trouver à faire de la gym, du VTT, ou pelotonnée à lire un bon livre.

En ce moment (avril 2004), je travaille sur des images de portfolio et quelques projets de livres pour enfants, ainsi qu'à participer à quelques salons de beaux-arts dans la région de Seattle.

A tous :
I run into a lot of people who say "I wish I could draw" or "I wish I had some kind of talent". Here is a message to those of you who don't think you can draw or write :

It doesn't matter what you think your level of skill is. One of my teachers used to say, "your pencil is half-filled with ugly ideas and drawings". It's true, and that's what sketchbooks and journals are for. They are things you don't normally show people, because it's important to have a space where you know it's okay to fail. You don't even have to show it to people. The important thing is that you try, and that what you are doing makes you happy.

(Je rencontre beaucoup de gens qui disent "je voudrais savoir dessiner" ou "je voudrais avoir du talent". Voici un message à ceux d'entre vous qui ne pensent pas qu'ils peuvent dessiner ou écrire :

Le niveau de compétence que vous pensez avoir n'a pas d'importance. L'un de mes professeurs disait, "votre crayon est à moitié rempli d'idées et dessins horribles". C'est vrai, et c'est ce pour quoi sont faits les carnets de croquis et les journaux intimes. Ce sont des choses que d'habitude on ne montre pas aux gens, parce que c'est important d'avoir un endroit où vous savez que faire des erreurs ne pose pas de problème. Vous n'avez même pas besoin de le montrer aux gens. Ce qui est important c'est d'essayer, et que ce que vous faites vous rende heureux.)

Ouvrages Professionnels

Illustrateur(s)
Parution
Gamme
Editeur
Shadowrun
quatrième édition révisée
août 2009ShadowrunBlack Book Editions
Shadowrun
quatrième édition révisée
août 2009ShadowrunCatalyst Game Labs
Shadowrun
quatrième édition révisée limitée
septembre 2009ShadowrunBlack Book Editions

Cette bio a été rédigée entre le 8 mai 2000 et le 8 mai 2009.