Contenu | Menu | Recherche

Le dernier site web avant la fin du monde

Mathias Twardowski

Auteur

Traducteur

Identité

  • Année de Naissance : 1971
  • Nationalité : Français
  • Pays : France

Biographie

J'ai découvert le jeu de rôle en colonie de vacances à 12 ans. J'ai commencé par AD&D en anglais mais je me suis assez vite lassé. Je ne regrette pas mes années Donj mais je ne rejouerai sans doute plus jamais à ce jeu. J'ai tout revendu lorsque j'ai découvert les "vrais" jeux de rôles à savoir Cthulhu, MERP et surtout Runequest.

N'ayant pas de groupes de joueurs à ma convenance, j'ai fondé un petit club, près de chez moi, dans le 92. Il se trouve que nous étions voisins du mythique "20 naturel", le club qui est aux jeux de rôle français ce que Saturday Night Live est à la comédie américaine. Comme nous avions une salle le vendredi soir et le samedi après-midi et eux le samedi soir et le dimanche après-midi, nous avons fusionnés pour assurer des parties tout le week-end. C'est comme cela que j'ai rencontré Fabien Delval, Eric Bouchaud, Nicolas Théry, Marc Nunes, Philippe Mourret, Laurent Trémel et d'autres moins connus. Très vite, Croc, qui habitait à côté et qui cherchait des joueurs et un local pour jouer, nous a rejoint. On jouait tous les week-ends sans interruption, sauf pour dormir, du vendredi soir au dimanche soir. C'était du pur délire. On jouait bien sûr aux jeux classiques (Légendes, Runequest, Space Opera, Chivalry and Sorcery, Flashing Blades) mais aussi aux créations maison qui allaient devenir célèbres ou pas, Zone, Bitume, Animonde, Universom, Pogo Plateform, etc... On pratiquait également les boardgames et les wargames. Il y avait une frénésie de jouer et de nouveautés. On a tous acquis grâce à cela une certaine culture rolistique en pratiquant intensivement beaucoup de jeux différents.

Evidemment c'était le bordel, cela manquait de suivi et les clashs étaient légion eu égard au nombre hallucinant de fortes personnalités au mètre carré. On vivait entièrement dans la "culture" jeu de rôle, les livres, les films, la musique que l'on écoutait était jeu de rôle. De plus on partait souvent en tournoi ou en convention aux quatre coins de la France, c'était comme un grand Rock'n Roll circus. Du grand n'importe quoi ! Cela n'a pas duré et les ego et surtout les succès des jeux ont tué le groupe.

A l'époque je travaillais comme vendeur à l'Oeuf Cube et j'étais PNJ payé (si ! si !) pour Paradoxe lors de GN et de murder parties. Le milieu du jeu était alors extrêmement petit, très fermé et tout le monde se connaissait. J'ai rencontré une foultitude de gens dont plein de bien qui sont devenus des amis. J'ai également eu l'extraordinaire chance de pouvoir rencontrer Greg Stafford et Steve Jackson. J'ai pu débattre pendant des heures avec Greg et même jouer à In Nomine avec Steve Jackson.

Ma première publication fut un scénario de Runequest pour Dragon Radieux, mais mon premier travail a été un supplément pour Bitume, demandé par Croc. Comme cela avait plu à Croc j'ai écrit de plus en plus de choses pour lui, jusqu'à ce qu'un jour il nous réunisse 3 potes et moi, à Versailles et que l'on commence l'aventure INS/MV. La création de ce jeu fut le travail le plus collégial et le plus sympathique que j'aie jamais fait. Chacun d'entre nous a apporté une pierre indispensable à l'édifice et le résultat nous a vraiment plu. Bizarrement et contre toute attente, surtout la nôtre, le jeu a eu énormément de succès, et comme à chaque fois que le succès est au rendez-vous, cela a créé des tensions et des engueulades.

Après moult aventures je me suis retrouvé engagé chez Siroz pour faire du jeu de rôle, mon premier travail rémunéré en CDI. Je ne l'ai fait que 9 mois mais j'en garde un bon souvenir. Ensuite il y eut "l'affaire" entre Croc et moi. Je n'en parlerai pas car je considère que cela ne concerne personne d'autre que lui et moi. "L'affaire" eut l'effet d'une tempête dans le petit milieu. Il y avait les anti-Mathias, les pro-Mathias et malheureusement trop peu de gens qui n'en avaient rien à foutre. Bref cela a fait un grand tri dans mes "amis" et m'a appris beaucoup de choses sur la vie. Contrairement à la rumeur je n'ai pas quitté le milieu. J'ai aidé Multisim à ses débuts, ai écrit dans Casus et n'ai jamais arrêté de faire des scénarios. Mais ce fut la fin de ma carrière d'auteur en CDI.

Je ne vis pas du jeu de rôle, même si j'en ai vécu à une certaine époque, mais il a depuis des années constitué une source d'argent non négligeable mais pas délirante. De quoi m'acheter les jeux en fait. C'est donc une passion qui s'autofinance.Je joue très souvent ce qui devient rare de nos jours. Je joue aux jeux de rôle une à deux fois par semaine avec des amis, dont certains sont des compagnons de jeu depuis 15 ans. Je joue également aux wargames et aux jeux de plateau. Dans les stars avec qui je partage ma table citons Jean-Luc Bizien, Philippe Chartier et Franck Achard, deux anciens de Multisim. A une époque j'ai beaucoup joué avec les gens de Casus Belli (Agnès Pernelle, Jean-Marie Noël etc..) mais ce n'est tristement plus le cas.

Mes jeux préférés sont :
Jeu de rôle : Runequest, Shadowrun, Call of Cthulhu, Magna Veritas (pas INS), L5R, Capitaine Vaudou (sauf les règles) et Hârn. J'aime les jeux simulationnistes et à ambiance, ce qui est assez paradoxal. Je n'ai pas du tout suivi la vague World of Darkness que je trouve intéressante mais très pompeuse et trop gothique pour le métalleux que je suis. Le mouvement D&D3 m'a ramené des années en arrière. De voir des suppléments D&D3 faits par d'autres que TSR me rappelle les suppléments faits à l'époque par la Judge's Guild et autres sociétés pour le vieux AD&D ! Personnellement je ne joue pas à D&D3 mais trouve très bien qu'un jeu de rôle ait du succès et constitue de plus un ensemble de règles génériques. Cela permet à des univers de se voir adaptés en jeu de rôle plus facilement. Ce qui me gêne c'est que les règles de D&D3 sont non seulement pas génériques mais carrément nulles. C'est comme pour les micro-ordinateurs, c'est le plus mauvais processeur avec le plus mauvais OS qui a gagné.

Wargame : Advanced Squad Leader qui reste le must du must et auquel je joue deux fois par mois. Je trouve que la pratique des wargames est indispensable à la maîtrise d'un jeu de rôle violent et moderne voire futuriste. En effet on ne peut bien simuler un combat d'armes à feu avec plus de 10 personnes si l'on n'a pas déjà simulé la chose dans le cadre réaliste d'un wargame. Les films sont tellement faux là-dessus que cela tourne vite au n'importe quoi.

Jeux de plateau : Car Wars, Gunslinger, BlockMania mais surtout Pax Brittanica, le chef-d'oeuvre des chef-d'oeuvre.

Jeux vidéo : Combat Mission, V for Victory, bref que des wargames.

Sinon j'adore le tarot à 5 mais déteste les jeux de cartes à collectionner ou pas, bien que je me sois amusé deux ou trois fois à Djihad.

Le jeu est un grand centre d'intérêt mais plus en temps que phénomène culturel. J'adore en fait toute la "culture", ou plutôt "sous-culture", rolistique : les films, les bouquins, la musique, les hobbies (paintgun, GN, murder parties) qui tournent autour. Cela constitue une partie importante de mon univers personnel même si ce n'est pas, loin s'en faut, l'unique centre d'intérêt et encore moins le centre de ma vie. J'adore voyager, écrire, lire, aller au concert et au théâtre et surtout discuter avec mes potes. La politique est également un de mes centres d'intérêts car comme disait Marx : si tu ne t'occupes pas de politique, c'est la politique qui va s'occuper de toi.

Mon boulot sur INS est la création dont je suis le plus fier.

Je n'ai pas vraiment de projet, je n'ai jamais conçu le jeu de rôle comme quelque chose de planifié. J'écris quand je le sens, quand on me le demande et surtout quand j'ai envie.

Ouvrages Professionnels

Auteur(s)
Parution
Gamme
Editeur
Angelots en Gelée
première édition
juin 2005In Nomine Satanis / Magna VeritasAsmodée Editions - Siroz
Baron Samedi
première édition
janvier 1990In Nomine Satanis / Magna VeritasIdéojeux
Berserker
première édition
janvier 1991In Nomine Satanis / Magna VeritasIdéojeux
Bible à Dudule (La)
première édition
octobre 2005In Nomine Satanis / Magna VeritasAsmodée Editions - Siroz
Carnets Pourpres (Les)
première édition
janvier 1996GuildesMultisim Editions
Daemonis Compendium
première édition
janvier 1990In Nomine Satanis / Magna VeritasIdéojeux
Ecran du Maître (L')
quatrième édition
juillet 2003In Nomine Satanis / Magna VeritasAsmodée Editions - Siroz
France 2009
première édition
janvier 1987BitumeFutur Proche
Heavy Metal
première édition
janvier 1991Heavy MetalAsmodée Editions - Siroz
Héritiers de Zola Fel (Les)
première édition
décembre 2001Hero WarsMultisim Editions
Il Etait une Fois
première édition
janvier 1991In Nomine Satanis / Magna VeritasIdéojeux
In Nomine Satanis / Magna Veritas
première édition
janvier 1989In Nomine Satanis / Magna VeritasIdéojeux
In Nomine Satanis / Magna Veritas
quatrième édition
juin 2003In Nomine Satanis / Magna VeritasAsmodée Editions - Siroz
In Nomine Satanis / Magna Veritas
quatrième édition révisée
janvier 2006In Nomine Satanis / Magna VeritasAsmodée Editions - Siroz
Jésus Reviens !
première édition
janvier 2004In Nomine Satanis / Magna VeritasAsmodée Editions - Siroz
Lion Vert (Le)
première édition
janvier 1993NephilimMultisim Editions
Loom
première édition
janvier 1996GuildesMultisim Editions
MindStorm
première édition
juillet 1991In Nomine Satanis / Magna VeritasIdéojeux
Nephilim
première édition
août 1994NephilimChaosium
On Ferme !
première édition
octobre 2006In Nomine Satanis / Magna VeritasAsmodée Editions - Siroz
Pavis / Glorantha
première édition
janvier 2001Hero WarsMultisim Editions
Pavis / Hero Wars
première édition
janvier 2001Hero WarsMultisim Editions
Templiers (Les)
première édition
janvier 1993NephilimMultisim Editions
Traducteur(s)
Parution
Gamme
Editeur
Arche d'Anaxial (L')
première édition
mai 2001Hero WarsMultisim Editions

Cette bio a été rédigée entre le 8 mai 2000 et le 8 mai 2009.